MAP Affaire des soldats ivoiriens détenus au Mali: la mission de la CEDEAO rencontre le président de la transition APS UCAD : LA RENTRÉE UNIVERSITAIRE REPORTÉE AU 10 OCTOBRE APS UN HOMMAGE DE KIM JONG-UN À SADIO MANÉ ? NON, IL S’AGIT D’UNE VIDÉO DÉTOURNÉE ANP Restructuration de la commission de la CEDEAO : Les députés communautaires édifiés sur les prérogatives du parlement de la communauté dans ce contexte ANP Des progrès enregistrés dans la réalisation des cibles annuelles des livrables ‘’, rapport de suivi semestriel de l’action gouvernementale ANP Vers la refonte du régime des retraites des fonctionnaires au Niger ANP Echange à Niamey entre le président Mohamed Bazoum et la vice- administratrice chargée des Politiques et Programmes à l’USAID GNA Government ready to diversify tourism programmes to boost earnings-Minister GNA National Muslim Conference to pool resources to develop communities GNA Ghana needs 11bn cedis to fight terrorist attacks – Kan Dapaah

Un plan national de prévention et de riposte contre les maladies du manioc en gestation


  30 Novembre      43        Santé (13641), Société (39845),

   

Libreville, 30 Novembre (AGP) – C’est l’objectif de l’atelier qui a débuté ce vendredi à Libreville, organisé par le programme Wave, en partenariat avec les ministères gabonais de l’Agriculture et de l’Enseignement supérieur.

Les travaux de l’atelier de prévention et de riposte contre les maladies virales du manioc, dont la striure brune, ont débuté ce vendredi à Libreville, en présence du ministre de l’Agriculture, Biendi Manganga Moussavou, de son collègue de l’Environnement, Jacques Denis Tsanga, et des représentants du ministre de l’Enseignement supérieur.

Dans son discours d’ouverture, le ministre gabonais de l’Agriculture, a exposé aux experts nationaux et internationaux de l’Agriculture, ainsi qu’aux chercheurs du Cames, l’intérêt majeur de cet atelier quant à la menace que constituent les maladies virales du manioc, qui font des ravages.

«Face à la menace de la propagation des maladies virales qui planent sur ces cultures essentielles pour la sécurité alimentaire de nos populations, il faut agir de manière vigoureuse et coordonnée pour apporter une riposte efficace à ce fléau», a déclaré Biendi Manganga Moussavou.

Pour le membre du gouvernement, si rien n’est fait, ces maladies virales qui s’attaquent au manioc, «peuvent à terme porter atteinte à la production nationale, et donc remettre en cause tous les efforts du gouvernement pour assurer durablement la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations».

Peu avant l’intervention du ministre gabonais de l’Agriculture, le Pr. Jacques François Mavoungou, représentant du programme Ouest africain d’épidémiologie virale (Wave), a souligné l’importance du manioc, qui est cultivé et consommé dans toutes les provinces du Gabon.

«Le manioc est cultivé dans toutes les provinces de notre pays où il se place en tête de toutes les autres cultures. Il constitue une source potentielle génératrice de revenus» a-t-il soutenu.

Par ailleurs, il a présenté à l’assistance l’objectif de cet atelier, qui est «d’élaborer un plan national d’action pour faire face à la structure brune du manioc et autres maladies des variétés de manioc cultivées au Gabon».

Le programme Ouest africain d’épidémiologie virale (Wave) a été conçu par des scientifiques africains pour la sécurité alimentaire. Mis en place en 2015, il est financé par Bill et Melinda Gates et le département du Royaume unis pour le développement international.

Joslin Renders Boubata

Dans la même catégorie