ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra GNA Murdered Constable Emmanuel Osei laid to rest

UN PROGRAMME CIBLE 5000 JEUNES SORTIS DU SYSTÈME SCOLAIRE


  18 Juin      19        Société (34416),

   

Dakar, 18 juin (APS) – La Fondation du secteur privé pour l’éducation (FSPE) ambitionne de lancer un programme dont le but est d’enrôler, d’ici à 2023, 5000 jeunes sortis du système scolaire officiel pour une enveloppe de 100 millions de FCFA, a appris l’APS de son administratrice générale, Faye Bèye Kassé.

Ce programme qui cible les régions Sud du Sénégal (Kolda, Sédhiou, Ziguinchor) compte enrôler 5000 enfants âgés de 6 à 19 ans sortis précocement du système scolaire formel ou qui sont scolarisés dans les daaras (écoles coraniques), a déclaré l’administratrice générale de la FSPE.

Madame Kassé s’entretenait avec l’APS en marge d’une rencontre avec des responsables d’associations s’activant dans la protection de l’enfance.

Selon elle, ce programme est tout simplement une contribution du secteur privé national pour venir en appui au ministère de l’Education nationale dans une dynamique de lutter contre la déperdition scolaire au Sénégal.

Faisant allusion aux deux systèmes éducatifs (francophone et arabo-islamique) en marche au Sénégal, elle rappelle que les 2500 jeunes viendront des daaras communautaires et seront ainsi formés dans les métiers à forte potentialité dans les régions ciblées.

Justifiant le choix porté sur cette partie sud du Sénégal, l’administratrice générale de la FSPE, note que même si, selon les chiffres du ministère de l’Education nationale, 37% des jeunes en âge d’aller à l’école sont hors du système formel, cette problématique de déscolarisation est beaucoup plus aigüe dans ces zones frontalières où l’on note par endroits une absence d’offre éducative.

Madame Kassé a aussi annoncé qu’une campagne d’information et de levée de fonds sera lancée à partir du 2 juillet.

Dans la même catégorie