APS VERS LA MISE EN PLACE D’UN CENTRE AÉRÉ ET D’UN HÔPITAL DE L’UMEFP APS SRAJ : LE SÉNÉGAL VEUT S’APPUYER SUR « L’ENCADREMENT » ET LA « BONNE APS LE PAIS PRÉSENTÉ AU COURS D’UN CDD À NIORO ACP Ministère du Budget : deux grandes performances à l’actif de Pierre Kangudia ACP Deux millions des tonnes des frets par an attendues du trafic entre le pont Kinshasa-Brazzaville d’ici à 2025 ACP L’ouvrage « Plaidoyer pour la bonne gouvernance et le développement » porté sur les fonts baptismaux APS KAOLACK : DES PROJETS POUR 144 MILLIARDS DE FCFA ENTRE 2012 ET 2018 APS PÊCHE ARTISANALE : UNE ACADÉMIE POUR RENFORCER LES RELATIONS AVEC LE MONDE DE LA RECHERCHE APS SITUATION ALIMENTAIRE : AUCUN DÉPARTEMENT N’EST EN PHASE DE CRISE, SELON LE SE/CNSA ACP Déploiement des Kits électoraux de la CENI au Kwango et au Kwilu

Tunisie: Un projet de loi sur l’égalité dans l’héritage bientôt soumis au Parlement tunisien


  13 Août      45        Photos (19781), Politique (20234), Société (44419),

   

Tunis, 13/08/2018 (MAP), Le Président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a annoncé lundi qu’un projet de loi sur l’égalité dans l’héritage sera soumis à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) dès la fin des vacances parlementaires.

« Je propose de faire de l’égalité dans l’héritage une loi », a déclaré Caïd Essebsi dans un discours télévisé à l’occasion de la journée de la femme tunisienne, soulignant « le caractère civil de l’État tunisien ».

Ce projet de loi controversé devrait donner aux citoyens la possibilité de choisir entre l’application des principes de la Chariaa et ceux de la Constitution.

« Celui qui veut faire respecter la Constitution peut le faire, et celui qui veut faire appliquer la Charia, peut aussi le faire », a-t-il encore poursuivi, précisant que l’égalité successorale aurait dû être inscrite dans le Code du Statut Personnel.

« On va inverser la situation » en faisant de l’égalité la règle et de l’inégalité une dérogation, a précisé M. Caïd Essebsi.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre d’une série de réformes sociétales proposées par la Commission pour les libertés individuelles et l’égalité (COLIBE), mise en place par le président tunisien dans le but de traduire dans la loi l’égalité consacrée par la Constitution de 2014.

Créée en vertu d’un décret présidentiel, la Commission avait publié en juin dernier son rapport final comportant ses recommandations jugées en conformité avec la Constitution tunisienne de 2014 et les obligations internationales du pays en matière des droits humains.

Le rapport de la COLIBE réclame, notamment, la consécration du principe de l’égalité successorale, l’annulation de l’obligation de la dot dans le mariage et le délai de viduité, l’égalité dans l’attribution de la nationalité et le choix du nom de famille, l’abolition de la peine de mort et l’incrimination de l’incitation au suicide.

Présenté le 8 juin dernier au président tunisien, le rapport a suscité une polémique et des réactions mitigées entre ceux qui ont approuvé son contenu et ceux qui l’ont attaqué allant même jusqu’à accuser les membres de la Commission, et en particulier sa présidente Bochra Belhaj Hmida, de « mécréance ».

Samedi dernier, des milliers de Tunisiens ont organisé une marche à Tunis en réponse à un appel lancé par la Coordination nationale pour la défense du Coran, de la Constitution et du développement équitable en protestation contre le rapport de la COLIBE.

Ces manifestants ont scandé des slogans qui dénoncent le contenu de ce rapport, qui, selon eux, est « contraire aux préceptes de l’Islam, aux principes de la Constitution, à l’identité tunisienne et à la famille ».

Dans la même catégorie