AGP Guinée: 100 OPJ et autres fonctionnaires de justice reçoivent leur habilitation à Forécariah AGP Guinée : Le barreau décide de boycotter les audiences jusqu’au 31 juillet pour protester contre ce qu’il qualifie ‘’d’arrestations et détentions arbitraires’’ ANG Política/Porta-voz da Coligação PAI Terra Ranka considera que não há condições para a realização de eleições no ano em curso ANG Comunicação Social/CNOI qualifica de “incursão odiosa” contra o Presidente da República a nota de protesto do Sindicato dos Jornalistas Angolanos ACI Turquie/Politique: Le diplomate turc réitère la volonté de son pays à défendre la liberté des citoyens APS Le dialogue sera de mise entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, selon Moustapha Guirassy AIB Burkina : les jeunes du Nord invités à s’engager sans réserve dans la lutte anti-terroriste. ANG Política/Presidente da República marca eleições legislativas antecipadas para 24 de novembro MAP Le Maroc en mesure de produire jusqu’à 70% de ses besoins en médicaments (ministre) ACI Congo/Santé: Le gouvernement reçoit 230 mille doses de vaccin Bcg pour les enfants

Un projet de promotion des droits de l’enfant officiellement lancé à Kaolack


  24 Mars      51        Société (45909),

 

Kaolack, 24 mars (APS) – Babacar Kébé, sous-préfet de Ndédieng, un arrondissement de la région de Kaolack (centre), a procédé vendredi au lancement officiel des activités du projet SIDA/CSO, dont l’objectif est de prévenir et faire face à la violence faite aux enfants, à travers la promotion et la protection de leurs droits, a constaté l’APS.

Financé par l’Agence suédoise de coopération et de développement international (SIDA) pour la période 2022-2026, ce programme régional, mise en œuvre au Sénégal et en Gambie par l’ONG Save the children, travaille avec la société civile et les acteurs gouvernementaux afin d’influencer les acteurs nationaux et locaux pour améliorer les structures et les systèmes de protection de l’enfance.

L’ONG JGEN est bénéficiaire du fonds SIDA/CSO et va intervenir, au Sénégal, dans les départements de Pikine et de Kaolack notamment pour les enfants et les jeunes filles.

Le lancement a eu lieu au cours d’un atelier tenu dans les locaux du conseil départemental de Kaolack, en présence des membres du comité départemental de protection de l’enfant (CDPE).

‘’C’est une activité extrêmement importante dans la mesure où le gouvernement du Sénégal, à travers la ratification de la Convention sur les droits de l’enfant et sa stratégie nationale de protection de l’enfant, nous a permis, dans le cadre opérationnel, de traduire ces activités au niveau du CDPE qui, à son tour, permettra de réaliser, dans un cadre beaucoup élargi notamment des collectivités territoriales, les différentes stratégies’’, a dit M. Kébé.

Au Sénégal, les discriminations fondées sur le sexe, y compris le mariage des enfants et les grossesses précoces, représentent un ‘’obstacle majeur’’’ à la pleine réalisation des droits des femmes et des filles, a-t-on relevé dans un document transmis aux journalistes.

Selon la même source, les enfants sont ainsi placés dans des situations de vulnérabilité́ en particulier et sont confrontés à des inégalités entre les sexes (accès à l’éducation, droit à la santé reproductive et sexuelle, etc.) et soumis à des violences sexistes fortement liées à la persistance des normes culturelles et sociales et aux crises actuelles (par exemple COVID, changement climatique, etc.).

En conséquence de la COVID, au Sénégal, il y a eu une augmentation de 12,4% de la violence sexiste de janvier à mai 2020, plus précisément, une augmentation de 84, 9% de la violence économique, de 39,8% de la violence physique et de 33,1% de la violence psychologique, lit-on dans le document qui fait office de termes de référence.

Assistante de projet pour le compte du programme SIDA/CSO, Aminata Diallo note des ‘’avancées majeures’’ par rapport à la promotion et à la protection des droits de l’enfant, mais reste ‘’beaucoup à faire’’ notamment l’adoption du code de l’enfant.

‘’A travers ce programme, nous voulons faire un plaidoyer pour l’harmonisation des textes en vigueur pour mieux affirmer cette promotion et protection des droits de l’enfant’’, a insisté Mme Diallo.

Dans la même catégorie