APS Ibrahima Amadou Sarr : ‘’Le secteur de l’énergie est à un tournant décisif’’ APS Sidiki Kaba rappelle l’obligation du secret professionnel et du devoir de réserve aux 1135 nouveaux officiers gendarmes APS Souleymane Ndéné Ndiaye :  »J’étais stressé pendant la préparation de ma DPG » ANP Niger : plusieurs terroristes neutralisés à l’est du pays (Armée) ANP Inauguration du Centre communautaire numérique Hotspot dans le 5è Arrondissement communal de Zinder APS Amadou Bâ « a tous les atouts pour réussir sa DPG », selon Souleymane Ndéné Ndiaye APS Oumar Samba Ba : « Nous voulons atteindre la couverture sanitaire universelle dans 10 ans » APS Corruption : plaidoyer pour l’introduction de modules sur l’éthique et la déontologie dans les écoles et universités APS Mamadou Moustapha Ba explique le choix des communes bénéficiaires du PROCASEF AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le DC/BR et CSD Ghana LTD renforcent leur coopération (Communiqué)

Une campagne contre la consommation des stupéfiants dans les camps militaires


  4 Octobre      3        armée (147), Santé (13942),

   

Kinshasa, 4 oct. 2022 (ACP).- L’Asbl « Minzoto » et le Service d’éducation civique, patriotique et d’actions sociales (SECAS) des FARDC ont lancé, vendredi à la paroisse protestante du Camp Lieutenant colonel Kokolo à Kinshasa, le projet d’appui à l’insertion des jeunes vulnérables des consommateurs de drogues dans les camps militaires.

Dans son allocution de circonstance, le conseiller spécial du Chef de l’État en charge du changement des mentalités, Jacques Kangudia, qui a pris part à la cérémonie de lancement dudit projet, a qualifié d’un « un fléau à combattre » la consommation des drogues par la jeunesse congolaise.

Affirmant son soutien en vue de la réussite de ce projet conjoint SECAS/FARDC et « Minzoto », Jacques Kangudia a émis le vœu de voir ce projet s’étendre sur toutes les provinces de la RDC.

« Chaque Congolais doit prendre ses responsabilités pour une jeunesse moderne par le changement des comportements et des mentalités », a-t-il expliqué, précisant que ce « chantier » est déjà en marche conformément à la vision du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

La toxicomanie, une réalité dans les camps militaires

Auparavant, la présidente de l’Asbl Minzoto, Delphine Nzuzi, a indiqué dans son mot d’ouverture, que l’objectif poursuivi par ce projet est de lutter contre l’absorption des substances toxiques ou stupéfiantes par les jeunes dépendants vivant dans les camps militaires.

Elle a reconnu qu’au « Camp Kokolo, la toxicomanie est un fait réel », avant d’exprimer le vœu des autorités du pays en général, et celles des forces armées en particulier, de voir les jeunes dépendants s’intégrer dans la société pour servir la nation de manière utile.

Delphine Nzuzi a affirmé que le cahier des charges du projet d’appui lancé conjointement avec le SECAS et les aumôneries des FARDC (catholique, protestante, kimbanguiste, etc.), inclut notamment l’accompagnement psychosocial, éducatif et spirituel, l’installation d’un bureau d’écoute et la prise en charge des toxicomanes, ainsi que la création d’un centre de désintoxication au Camp lieutenant colonel Kokolo, en ce qui concerne la garnison de Kinshasa.

Signalons qu’en marge du lancement officiel dudit projet, des experts en toxicomanie/toxicologie ont fait des exposés de sensibilisation, portant sur trois thèmes principaux : « la drogue, un danger pour les FARDC »; « la perception de la drogue par l’Eglise » et « les conséquences physiques de la drogue ». Cette cérémonie a connu la participation de plusieurs autorités tant civiles que militaires.

Dans la même catégorie