ANP Tahoua : Cérémonie de réception d’un centre de prise en charge holistique des victimes de violences basées sur le genre ANP Tillabéri : Inauguration du laboratoire d’agro-écologie de l’Université Boubakar Bâ couplée à une journée porte ouverte ANP La journée mondiale contre le travail des enfants célébrée à Dosso ANP Niger : La Fondation Issoufou Mahamadou (FIM) tient sa première Assemblée Générale à Niamey GNA Assemblyman donates 30 coconuts seedlings GNA Komenda College of Education launches ‘One Student, One Tree’ Project. ACI l’Arpce appelée à plus de rigueur pour la sécurité des consommateurs ACI Point sur les chiffres fiscaux du budget indicatif de la loi rectificative APS ABDOULAYE FAYE ÉTAIT PÉTRI DE COURAGE ET D’INTÉGRITÉ (MACKY SALL) APS CORONAVIRUS : UN DÉCÈS ET 52 NOUVEAUX CAS ANNONCÉS

Une femme nommée ambassadrice de l’Arabie saoudite aux Etats-Unis


Abidjan, 25 fév (AIP)- L’Arabie saoudite a nommé samedi, pour la première fois, une femme, la princesse Rima bint Bandar, en qualité d’ambassadrice en poste aux Etats-Unis.

La nouvelle ambassadrice remplace à Washington, le prince Khaled ben Salmane, frère cadet du prince héritier Mohammed Ben Salmane, nommé ministre adjoint de la Défense. Elle sera la première femme à occuper ce poste clé au sein de la diplomatie saoudienne. Le prince Khaled, fils du roi Salmane et ancien pilote de chasse, occupait le poste d’ambassadeur à Washington depuis 2017.

La princesse Rima est la fille du prince Bandar Ben Sultan, qui fut ambassadeur aux Etats-Unis de 1983 à 2005. Elle a été pratiquement élevée aux Etats-Unis et elle est l’une des rares princesses impliquées dans la vie publique. Considérée comme une avocate des droits des femmes, elle a notamment fait campagne pour une participation accrue de ces dernières dans le sport saoudien.

Sa nomination intervient alors que l’image des dirigeants saoudiens a été profondément ternie par l’assassinat, par un commando venu de Ryad, du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, en octobre, dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Le Sénat américain a, de son côté, jugé que Mohammed Ben Salmane, alias « MBS », était responsable du meurtre de Khashoggi, qui collaborait notamment avec le Washington Post.

tls/fmo

Dans la même catégorie