MAP Rwanda: les listes des candidats à la Présidentielle et aux législatives dévoilées ATOP Le plan de développement communal de la municipalité de kpélé 2 validé ATOP Assoli : tabaski / des sachets de viande distribue à 1260 démunis AIP Un nouveau corridor logistique Europe-Afrique bientôt ouvert pour offrir des opportunités commerciales aux entreprises ivoiriennes AIP La MUGEF-CI et les directeurs des établissements publics hospitaliers s’accordent pour une meilleure prise en charge des mutualistes ANP Niamey : Le lendemain de la fête de Tabaski ou jour du partage et de solidarité entre les musulmans MAP L’UA condamne fermement les attaques de civils par les ADF à Béni et Lubéro dans la Province du Nord Kivu en RDC APS Les Sénégalais invités à maintenir les villes et les campagnes propres APS L’ambassadeur du Maroc au Sénégal salue le message de paix du chef de l’Etat APS Le Président Bassirou Diomaye Faye se réjouit du climat de paix et de concorde

Une nécessité d’évaluer « participativement » les difficultés des populations pour établir la sécurité humaine


  1 Juin      28        Securité (3080),

 

Accra, 1er juin 2023 (AIP)- La mise en œuvre d’une stratégie de sécurité humaine nécessite une évaluation participative des difficultés et besoins des populations, pour une action plus efficace et des résultats probants, a relevé mercredi 31 mai  2023 l’expert en sécurité humaine, Dr Philipp Attuquayefio.

« Avant d’élaborer un plan stratégique de sécurité humaine, il faut une implication des populations, il faut inclure les personnes tout le long de la mise en œuvre et  les responsabiliser « , a souligné Dr Attuquayefio, lors de la présentation du module « gestion de la sécurité humaine » , dans le cadre de la formation sur la sûreté maritime et la criminalité transnationale organisée, initiée par le Centre international Kofi Annan pour la formation au maintien de la paix (KAIPTC) à Accra au Ghana.

Pour lui, la prise en compte des besoins des populations est primordiale pour assurer la sécurité humaine qui se décline en sept catégories, selon le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Il s’agit de  la sécurité économique, alimentaire, sanitaire, environnementale, personnelle, communautaire et politique.

Ainsi les éléments constituant l’approche de la sécurité une humaine sont entre autres l’adaptation au contexte par consultation et inclusion des communautés, l’appropriation par le renforcement de leurs capacités, la durabilité par la collaboration.

Après la mise en œuvre de la stratégie de sécurité humaine, l’expert propose une évaluation pour veiller à ce que les attentes relatives aux stratégies de protection ou d’autonomisation soient satisfaites, pour réduire la vulnérabilité, renforcer l’adaptation, identifier les changements en ce qui concerne les menaces, maintenir ou redéfinir les priorités des menaces et examiner les défis et proposer des solutions.

Cette formation, organisée du 22 mai au 2 juin, en collaboration avec la coopération Allemande au Ghana, enregistre 33 participants issus de la marine, de la sécurité douanière, portuaire, des services de l’immigration et de la presse de 13 pays situés dans la zone du Golfe de Guinée.

Dans la même catégorie