AIP La 2e édition du cross Joseph Tarègue lancée à Bouaké APS L’Etat va tout faire pour éviter un nouvel incendie au marché Ocass de Touba (Antoine Diome) APS Aliou Sow appelle les maires à investir dans le développement culturel APS Les migrantes, héroïnes négligées du développement économique APS Abdou Karim Fofana :  »Le Sénégal est propriétaire de son Train express régional. » APS Les activités de la 7e FIKA officiellement lancées APS Dakar remporte le grand prix Douta Seck du Fesnac AIP Laurent Gbagbo appelle à la mise en place d’une brigade anti-terroriste ouest africaine AIP Suppression des produits optionnels : Des délégués de la MUGEF-CI dénoncent un « brigandage assurantiel » AIP L’AIP place 2023 sous de meilleurs auspices à travers l’excellence des agents (Directrice)

Une réunion de haut niveau sur la nutrition s’ouvre à Abidjan


  8 Décembre      16        Alimentation (184),

   

Abidjan, 08 déc 2022 (AIP) – Le Vice-président de la République, Tiémoko Meyliet Koné, a procédé jeudi 08 décembre 2022 au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire sis à Cocody, à l’ouverture d’une réunion de haut niveau sur la nutrition, en présence de chef de gouvernements africains et du roi du Lesotho.

Cette réunion dont le thème est « Renforcer la résilience en matière de nutrition et de sécurité alimentaire sur le Continent » fait suite à un conclave d’experts Africains, pendant deux jours.

Elle vise à poursuivre le plaidoyer pour la mise en œuvre de la feuille de route continentale du thème et promouvoir une dynamique politique forte pour renforcer les engagements et les investissements.

L’objectif estt d’accélérer les progrès vers la réalisation des objectifs de la déclaration de Malabo (Guinée équatoriale) et de l’Objectif du développement durable (ODD) 2 “Faim zéro”.

Selon Tiémoko Koné, cette réunion permettra de définir une démarche commune pour relever le défi auquel sont confrontés les Etats africains en matière de souveraineté alimentaire et nutritionnelle.

Le Vice-président a fait savoir que l’élimination de toutes les formes de malnutrition demeure assujettie à la maitrise des effets néfastes du changement climatique, des conflits armées des catastrophes naturelles et des crises sécuritaires et sanitaires.

« Pour y parvenir, il faut arriver à la convergence ou à la complémentarité des politiques et poursuivre le plaidoyer en faveur d’une plus grande sensibilisation des populations », a-t-il déclaré.

Il a rappelé la mise en place à Abidjan du premier Centre d’excellence régional contre la faim et la malnutrition avec la participation du Programme alimentaire mondial pour couvrir l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Ce Centre, selon lui, traduit la volonté du Président Ouattara d’engager une dynamique régional en vue de créer un dialogue inter pays pour le partage d’expériences et de bonnes pratiques.

Selon le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Mahamat, plus de 800 millions de personnes étaient touchées par la faim dans le monde, soit une augmentation d’environ 46 millions depuis 2020 et 150 millions depuis le déclenchement de la guerre russo – ukrainienne.

Les résultats des études sur plusieurs pays dans l’UA mettent en relief l’impact négatif d’une mauvaise alimentation sur l’espérance de vie des bébés, sur l’évolution du cursus scolaire des enfants et sur le rendement professionnel des adultes, a-t-il relevé.

Des panels meublent cette réunion notamment « Malnutrition et impact sur le capital humain »,  » Mise en œuvre des engagements : Nutrition pour la croissance « , et  » Niveau de mise en œuvre des engagements sur les système alimentaires.

Dans la même catégorie