ACI Congo : Plaidoyer pour la réduction échelonnée des importations des produits carnés ACI Congo : Le gouvernement invité à accélérer la validation de la Feuille de route Le ministère de la Salubrité lance la 48e édition de l’opération grand ménage AIP Le conseil municipal adopte le budget 2022 de plus d’un milliard de FCFA de la commune d’Adiaké AIP Lancement de l’évaluation des instituts et centres de recherche de l’enseignement supérieur AIP Plusieurs élèves sensibilisés sur les dangers de l’hypertension artérielle à Abidjan AIB Burkina : le ministre Tamboura invite ses compatriotes à ne pas tomber dans le piège des terroristes (Actualisée) AIB Burkina : La corruption a baissé après l’insurrection mais est remontée faute de sanction (Marius Ibriga) APS DES BILLES EN CRISTAL À LA PLACE DES BULLETINS ET ENVELOPPES DE VOTE, UNE ORIGINALITÉ DU SYSTÈME ÉLECTORAL GAMBIEN AIB Blocus du convoi militaire français: Ousseni Tamboura planche pour une relecture des accords entre le Burkina et la France (Actualisée)

Vers l’actualisation des données de la population et de l’habitat


  31 Janvier      40        Développement humain (246), Société (37079),

   

Brazzaville, 30 JAN (ACI) – La ministre du plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Mme Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, a ouvert, la 5ème session inaugurale de la commission nationale du recensement général de population et de l’habitation, pour des réflexions aux fins d’aboutir à l’actualisation des données sur les caractéristiques de la population et des logements à tous les niveaux géographiques.

La commission nationale du recensement est un cadre de haut niveau. Elle est l’organe d’orientation stratégique du recensement.

A cet effet, elle assure plusieurs missions, parmi lesquelles définir les orientations générales du recensement, veiller à la disponibilité et au déblocage des fonds nécessaires aux travaux, dans le respect du calendrier des opérations, et assurer la mobilisation, sur l’ensemble du territoire national, des moyens matériels et humains prévus pour l’exécution de l’opération.

Le recensement général de la population et de l’habitation est l’opération statistique la plus importante que puisse réaliser un institut national de la statistique.

Les pays doivent non seulement déterminer le nombre de leurs habitants, mais aussi connaître, entre autres, leur âge, leur sexe, leurs études faites, les activités professionnelles ou économiques exercées et les conditions d’existence (logement, l’eau et l’internet), a expliqué Mme Ebouka-Babackas.

A propos du Congo, le recensement général de la population et de l’habitat aurait du être organisé tous les dix ans à compter de février 1974, année du premier recensement. Mais dans les faits, cette périodicité décennale n’a jamais pu être respectée, tel que l’indique la séquence de réalisation des trois autres recensements qui ont suivi.

Il s’agit du deuxième recensement, réalisé en décembre 1984, du troisième en juin 1996 et du quatrième en avril 2007, a-t-elle rappelé. De son côté, le directeur général de l’institut national de la statistique, M. Gabriel Batsanga, a présenté l’état d’avancement des travaux de la session inaugurale de la commission nationale du cinquième recensement général de la population et de l’habitation.

La prochaine étape sera la tenue de la première session ordinaire de la commission du recensement dans un avenir proche, conformément aux dispositions pertinentes du décret N° 2017-165 du 24 mai 2017 portant organisation du recensement général de la population et de l’habitation 2018, a conclu la ministre en charge du plan, de la statistique et de l’intégration régionale.

Dans la même catégorie