INFORPRESS Vencedor do prémio literário Arnaldo França defende urgência na promoção do hábito de leitura em Cabo Verde ANG Justiça/“Há espaço para negociações sérias entre a Guiné-Bissau e o Senegal sobre fronteira marítima” AGP Guinée-Sénégal CAN 2021 : Kaba Diawara satisfait et promet de se remettre au travail pour les prochains matchs AGP Conakry/Société : Des kits socioprofessionnels pour 19 enfants en situation de vulnérabilité AGP Kankan-Justice : Passation entre les procureurs entrant et sortant au tribunal de 1ère instance AGP Guinée : Les opérateurs économiques reçus par le président de la transition GNA Ecotoursim contributes $1.2 billion to GDP in 2020 GNA Venture Capital Trust Fund invest in more than 60 companies GNA Reinstate GN Bank’s license-PPP appeals to President Akufo-Addo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La pisciculture et ses infrastructures expliquées aux élèves de Tiébissou et de Didiévi

Afrique du Sud: Le parti au pouvoir donne le feu vert à une réforme constitutionnelle autorisant l’expropriation des terres sans compensation


  1 Août      10        Politics (17833),

   

Johannesburg, 01/08/2018 (MAP)- Le Congrès National Africain (ANC, au pouvoir) a donné, mardi soir, son feu vert à une réforme de la constitution sud-africaine autorisant l’expropriation des terres sans compensation.
L’annonce a été faite par le président Cyril Ramaphosa au terme de deux jours de consultation à Pretoria.
Ramaphosa, également chef de l’ANC depuis décembre dernier, a indiqué que la réforme constitutionnelle sera menée à travers un processus au parlement du pays.
La conférence de Pretoria a permis de conclure qu’un programme global de réforme favorisant un accès équitable à la propriété, balisera le chemin pour la redynamisation de la croissance économique, a dit Ramaphosa.
L’ANC finalisera, à travers un processus parlementaire, la révision constitutionnelle proposée, qui fixe clairement les conditions de l’exécution de l’expropriation des terres sans compensation, a-t-il ajouté, soulignant que ce programme vise à redresser le développement économique, transformer la planification spatiale et promouvoir la réforme agraire et urbaine dans le pays.
L’annonce faite par le président sud-africain a provoqué une nouvelle dégringolade de la valeur de la monnaie nationale, le rand.
Le débat sur cette question anime la scène politique sud-africaine depuis la fin du régime de l’apartheid en 1994. Il s’agit d’un sujet sensible dans ce pays où l’agriculture reste largement aux mains des Blancs, qui détiennent actuellement 73 pc des terres agricoles contre 85 pc à la fin de l’apartheid.
Le plan s’inscrit dans le cadre des efforts des autorités sud-africaines visant à combattre la pauvreté et les disparités sociales dans le pays qui demeurent parmi les plus élevées au monde.
AO

Dans la même catégorie