INFORPRESS Vencedor do prémio literário Arnaldo França defende urgência na promoção do hábito de leitura em Cabo Verde ANG Justiça/“Há espaço para negociações sérias entre a Guiné-Bissau e o Senegal sobre fronteira marítima” AGP Guinée-Sénégal CAN 2021 : Kaba Diawara satisfait et promet de se remettre au travail pour les prochains matchs AGP Conakry/Société : Des kits socioprofessionnels pour 19 enfants en situation de vulnérabilité AGP Kankan-Justice : Passation entre les procureurs entrant et sortant au tribunal de 1ère instance AGP Guinée : Les opérateurs économiques reçus par le président de la transition GNA Ecotoursim contributes $1.2 billion to GDP in 2020 GNA Venture Capital Trust Fund invest in more than 60 companies GNA Reinstate GN Bank’s license-PPP appeals to President Akufo-Addo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La pisciculture et ses infrastructures expliquées aux élèves de Tiébissou et de Didiévi

Crise foncière entre Bonga et Wattigué : Des vieux de Wattigué réagissent


  1 Août      23        Society (31811),

   

Ouagadougou, 31 juil. 2018 (AIB) – Dans une lettre datée du 21 juillet 2018 et parvenue mardi à l’AIB, des vieux du village de Wattigué dans la commune de Rollo (province du Bam), donnent une autre lecture de la crise foncière qui les oppose au village de Bonga (commune de Bourzanga).

Ousseni  Guirakoya, Iliassa Maïga, Arouna Kindo, El Adj Saïdou Maïga, le conseiller du village Salam Maïga, le président du conseil villageois de développement (CVD) Moussa Gansonré,  ont indiqué que le village de Wattigué est une propreté foncière du village de Kabo dans la commune de Ouindigui (province du Loroum).

D’après eux, le chef de Kabo a autorisé leurs grands-parents, il y a plusieurs décennies, à s’installer à Wattigué (commune de de Rollo, province du Bam).

«C’est le chef de KABO que nous reconnaissons comme autochtone de Wattigué. Par conséquent, nous rejetons catégoriquement ce que disent le chef du village de Bonga et sa suite à propos de notre village.

Avant d’introduire notre demande d’érection de Wattigué en village en 2013 auprès des autorités compétentes, nous avons recueilli un avis favorable du chef de Kabo. Et pour conclure, nous assurons l’opinion, que le village de Wattigué n’a jamais été une propriété du village de Bonga et ne le sera jamais»,  ont-ils indiqué dans leur lettre.

S’interrogeant sur les vrais mobiles de cette crise, les signataires de la lettre invitent le gouvernement à contribuer à régler le litige qui les oppose à Bonga, de manière pacifique pour une cohabitation apaisée.

«Nous ne comprenons pas pourquoi depuis des décennies nous n’avons pas de problèmes avec le village Kabo qui, relève d’ailleurs d’une autre région et c’est avec nos frères d’une même province que nous nous querellons pour des histoires de portions de terre», soulignent-ils dans la lettre.

En rappel, le 12 juillet dernier, des ressortissants du village de Bonga ont remis une lettre aux autorités départementales de Bourzanga, dans laquelle,ils leur demandaient d’annuler les arrêtés érigeant Baoghin et  Wattegué en villages, pris en 2013.

Une sortie du ministre d’Etat en charge de la décentralisation Alfred Gouba sur les lieux en 2016 avait permis d’apaiser les tensions.

Mais depuis mis juin 2018, les protagonistes se regardent en chiens de faïence et menacent de s’affronter, si rien n’est fait.

ar/ata/ak

Dans la même catégorie