APS L’INSTITUT DE DÉFENSE DU SÉNÉGAL INAUGURÉ AU CAMP IDRISSA-FALL APS UNE RALLONGE DE 45 MILLIARDS POUR LA MODERNISATION DU MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT APS LE FONSIS ET L’AFREXIMBANK EN SYNERGIE POUR ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJETS Inforpress São Vicente: Festival de desporto para atletas com deficiência dá início às comemorações dos 100 anos da travessia aérea Inforpress Relatório sobre últimas eleições presidenciais revela que a imprensa deu uma cobertura igualitária aos candidatos Inforpress PR animado com sinais de retoma teme evolução da pandemia que possa levar a um novo fechamento Inforpress Pólo da Escola do Mar em São Miguel vai servir Santiago e as ilhas do Sul – ministro Inforpress FCF: Mário Semedo é candidato único à sua própria sucessão Inforpress Covid-19: Cabo Verde volta a exigir teste negativo à entrada do país AIP Comoé Capital et Itia Sarl s’unissent pour créer une entreprise de fruits séchés dans le Nord ivoirien

« Mes personnages sont des femmes rondes, grandes.. », dixit Ballo Mamadou


  17 Octobre      6        Arts & Cultures (1660), Plastic Arts (50),

   

Porto-Novo, 17 Oct.2018  (ABP) – D’origine Ivoirienne, M. Ballo Mamadou est l’un des sculpteurs majeurs qui participe activement aux travaux de la résidence de création marquant les activités du Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), dont la spécificité se focalise généralement sur le corps, la beauté et le geste de la femme héroïque.
« Couramment, mes personnages sont des femmes rondes et grandes. La femme pour moi, c’est la terre. Si on prend soin de la terre comme sa femme, il n’y aura pas beaucoup de problèmes dans le monde. Mère, sœur, épouse, la femme est mobilisatrice par rapport à l’homme. Parce qu’elle prend les décisions quand il le faut », a expliqué M. Ballo Mamadou, en vue de défendre ses créations artistiques.
S’inspirant de plusieurs femmes emblématiques ayant marqué l’histoire africaine, notamment, la reine Pokou, elle donne priorité aux parties intimistes du corps de la femme. Il s’agit concrètement, pour cet accro du modelage, de faire ressortir dans son travail, la beauté, le geste, les grosses fesses et les seins de la gente féminine.
Pour la résidence de création marquant les activités du Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), ce sculpteur s’active à matérialiser une géante femme avec les mêmes caractéristiques qu’on lui connait à partir de matériaux tels que : Bouteilles en plastique, cartons, fil à coudre et une armature montée avec des barres de fer.
« C’est important de participer au Fara. Parce qu’on apprend beaucoup des autres. Le travail des autres peut parfois vous influencer dans vos créations », a-t-il précisé, avant de conclure que ceci est aussi en fait une sorte de transmission.
ABP/RAD/TIE

Dans la même catégorie