GNA Commonwealth Games: Ghana’s men’s quartet disqualification due to technical error – GAA GNA Commonwealth Games: Ghana’s men’s quartet disqualified for flouting rules GNA Commonwealth Games: Paul Amoah breaks Ghana’s 48-year medal drought in 200m GNA We have to take the corruption fight as a personal fight – GACC alerts GNA Huawei, Ministry of Communications begin cyber security training Phase II GNA Religious and traditional leaders key to domestic tax mobilization-study GNA 2022 West Africa Development Outlook proposes increased sub-regional trade, structural transformation GNA Increase funding to social welfare, mental health institutions— INERELA+ urges government GNA Ghana’s Nuclear Power Plant will be highly regulated GNA Electricity, access road hindering commissioning of Ashanti Regional Hospital

Plus de 100 villes d’Afrique subsaharienne se sont engagées dans la lutte contre les changements climatiques (M. Vallier)


  25 Novembre      24        Photos (3948), Sustainable Development (304),

   

Marrakech, 25/11/2018 (MAP) – Quelques 132 villes d’Afrique subsaharienne se sont engagées dans la lutte contre les changements climatiques, dans le cadre de la Convention des maires en Afrique subsaharienne en vue d’assurer un avenir durable dans le continent, et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, a indiqué, samedi à Marrakech, le Secrétaire Général du Conseil des communes et régions d’Europe, Frédéric Vallier.

Dans une interview accordée à la MAP, dans le cadre des travaux du 8è Sommet Africités qui s’est clôturé samedi soir à Marrakech, M. Vallier a noté que plusieurs maires africains souhaitent adhérer à cette convention, soulignant la nécessité d’aider ces villes à mettre en place des politiques adaptées tout en leur apportant le soutien adéquat, en terme d’investissement qui leur procure un développement économique durable.

Il a, également, jugé nécessaire d’appuyer les villes d’Afrique subsaharienne dans leur lutte contre le changement climatique, afin de garantir un accès à l’énergie durable, via un engagement volontaire des maires.

Les collectivités locales africaines sont confrontées à divers impacts du changement climatique, et ladite convention promeut la participation des villes et des gouvernements locaux à relever ces défis, a-t-il poursuivi.

Le Conseil des communes et régions d’Europe a des projets en commun avec les Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU-Afrique) et les collectivités territoriales africaines, en vue de développer un plan d’action lié au changement climatique et inventer un modèle de développement qui répond aux besoins de la population africaine, en terme de développement économique et social, a-t-il martelé.

Dans ce sillage, il a souligné l’importance des liens de coopération unissant les villes et les régions européennes et leurs homologues africaines dans l’implémentation de l’agenda 2030, en l’occurrence les objectifs du développement durable.

De même, le Secrétaire général du Conseil des communes et régions d’Europe a estimé que les collectivités marocaines se sont engagées depuis plusieurs années par le biais de la convention des maires dans le bassin méditerranéen, étant donné que le Maroc est un partenaire privilégié de l’Union Européenne.

Et d’ajouter que tant de programmes sont mis en œuvre dans le cadre du programme pour les villes intermédiaires, entre les villes européennes et celles marocaines, couvrant des champs d’activités liées à la gouvernance locale et à la décentralisation, citant à cet égard plusieurs partenariats avec les villes d’Agadir, de Rabat et de Chefchaouen. Le Maroc s’est résolument engagé en matière de la décentralisation et la régionalisation, d’où la nécessité d’accompagner les partenaires marocains dans cette visée, a-t-il noté.

Dans la même catégorie