GNA NASPA launches 12th annual terminal congress in Takoradi GNA Corruption: Let’s stand for our values – Emile Short GNA Ghana welcomes World Bank’s new education strategy for Western and Central Africa GNA African governments asked to increase funding to overcome learning poverty GNA 56 to participate in Carnegie African Diaspora Fellowship Program GNA 67 BRCs launched to support MSMEs GNA Evelyn Andoh, 63, wins ultimate prize for the Gold in the Oil Awards NAN Super Falcons arrive in Rabat for final preparation ahead of 12th WAFCON LINA Gov’t Makes Gains In Infrastructure, As President Weah Dedicates NAN Bulgaria mulls another sports cooperation with Nigeria, says

21è Festival du cinéma africain de Khouribga: Ça tourne !


  16 Décembre      9        Cinema (104), Photos (3948),

   

Khouribga, 15/12/2018 (MAP) – Le coup d’envoi de la 21è édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK) a été donné samedi soir dans la cité phosphatière en présence d’une kyrielle d’éminentes personnalités du 7è art africain.

La ferveur du public mêlée aux musiques folkloriques africaines ont rendu plus douce cette fraîche nuit de décembre, alors que les multiples ovations réservées aux protagonistes du tapis rouge n’ont pas manqué de réchauffer le cœur des artistes africains.

Au sein du complexe culturel, c’est avec le même enthousiasme qu’a été salué le président du jury officiel de cette édition, le réalisateur congolais, Bafulu Bakupa-Kanyinda, ainsi que les six autres membres du jury que sont Woyé Apolline Traoré (Burkina Faso), Licinio Azevedo (Mozambique), Noufissa Benchehida (Maroc), Oumar Sall (Sénégal), Zézé Gamboa (Angola) et Yasmine Belmahi (Maroc).

Dans une déclaration à la MAP en marge de cette cérémonie, le président de la Fondation du Festival du cinéma africain de Khouribga (FFCAK), Noureddine Sail, a indiqué que cette manifestation artistique, qui a vu le jour en 1977, « vit une phase de transition puisqu’elle vient de clore une première longue et importante période et doit désormais se tourner vers l’avenir tout en préservant les acquis qu’elle a cumulés durant des 40 dernières années ».

Cette 21è édition est donc l’occasion de créer de nouveaux liens avec les partenaires du Festival et d’ouvrir un dialogue avec les autorités locales et le secteur privé, en vue de passer à la prochaine phase qui devrait constituer « un saut vers l’avenir », a ajouté M. Sail.

Cette édition (15-22 décembre), placée sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, mettra en compétition 15 films réalisés par des cinéastes de 14 pays africains et produits entre 2017 et 2018 pour tenter de décrocher le Grand Prix  »Ousmane Sembène ».

Il s’agit des films « Les Bienheureux » (Algérie – 2017), « La Clémence de la jungle » (Rwanda – 2018), « Elonga (Congo – 2018), « Extérieur Nuit » (Égypte – 2018), « Fatwa » (Tunisie – 2018), « Je ne suis pas une sorcière » (Zambie – 2017), « Indigo » (Maroc – 2018), « Keteke » (Ghana – 2017), « Les Moissonneurs » (Afrique du sud – 2018), « Nangama » (Côte d’Ivoire – 2018), « Rebel Pilgrim » (Cameroun – 2017), « Supa Modo » (Kenya – 2018), « T- Jonction » (Tanzanie – 2017), « Le Voyage des oubliés » (Bénin – 2017) et « La Guérisseuse » (Maroc – 2018).

Cette grand-messe du cinéma africain, organisée annuellement depuis la création de la FFCAK, a pour objectif de faire connaître le Royaume, ses spécificités, ses potentialités en matière de cinéma et son interaction avec le cinéma des pays de l’Afrique. Le festival œuvre également à la promotion de la culture et de l’industrie cinématographiques africaines, outre la création d’espace de dialogue, de communication et d’échange d’expériences entre les cinéastes du continent.

Ainsi, une série de colloques, débats et ateliers viendront s’ajouter aux projections des long-métrages en compétition et des films panorama qui figurent au programme de cette 21è édition ayant érigée l’Angola en « Ciné invité ».

Fidèle à sa tradition, le FCAK rendra hommage à des figures emblématiques du 7è art africain avec au programme de cette année l’acteur marocain Mohamed Khouyi et à la comédienne et réalisatrice burkinabè, Maimouna N’daiaye.

Dans la même catégorie