Les étudiants de l’université de Niamey condamnent les attaques meurtrières récurrentes dans le pays AIB Burkina : Le gouvernement et ses partenaires échangent autour de la production agro-sylvo-pastorale AIB Burkina : l’Etat préconise des formations professionnelles privés aboutissant à l’auto-emploi AIB Fada N’Gourma : Plusieurs élèves blessés suite à des échauffourées avec les FDS GNA Australian High Commission supports training of women in dairy processing GNA ACET launches call for SMEs into Business Transformation Programme GNA Murder suspect weeps as he awaits committal proceedings MAP Grand Prix 4* de Gorla Minore en Italie : Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar se classe 3ème APS ENTRE 500 ET 700 PARTICIPANTS ATTENDUS AU 6E FORUM DE LA FINANCE ISLAMIQUE (ORGANISATEURS) GNA COVID-19: All set for second dose vaccination in Ashanti

Une femme nommée ambassadrice de l’Arabie saoudite aux Etats-Unis


Abidjan, 25 fév (AIP)- L’Arabie saoudite a nommé samedi, pour la première fois, une femme, la princesse Rima bint Bandar, en qualité d’ambassadrice en poste aux Etats-Unis.

La nouvelle ambassadrice remplace à Washington, le prince Khaled ben Salmane, frère cadet du prince héritier Mohammed Ben Salmane, nommé ministre adjoint de la Défense. Elle sera la première femme à occuper ce poste clé au sein de la diplomatie saoudienne. Le prince Khaled, fils du roi Salmane et ancien pilote de chasse, occupait le poste d’ambassadeur à Washington depuis 2017.

La princesse Rima est la fille du prince Bandar Ben Sultan, qui fut ambassadeur aux Etats-Unis de 1983 à 2005. Elle a été pratiquement élevée aux Etats-Unis et elle est l’une des rares princesses impliquées dans la vie publique. Considérée comme une avocate des droits des femmes, elle a notamment fait campagne pour une participation accrue de ces dernières dans le sport saoudien.

Sa nomination intervient alors que l’image des dirigeants saoudiens a été profondément ternie par l’assassinat, par un commando venu de Ryad, du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, en octobre, dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Le Sénat américain a, de son côté, jugé que Mohammed Ben Salmane, alias « MBS », était responsable du meurtre de Khashoggi, qui collaborait notamment avec le Washington Post.

tls/fmo

Dans la même catégorie