GNA NASPA launches 12th annual terminal congress in Takoradi GNA Corruption: Let’s stand for our values – Emile Short GNA Ghana welcomes World Bank’s new education strategy for Western and Central Africa GNA African governments asked to increase funding to overcome learning poverty GNA 56 to participate in Carnegie African Diaspora Fellowship Program GNA 67 BRCs launched to support MSMEs GNA Evelyn Andoh, 63, wins ultimate prize for the Gold in the Oil Awards NAN Super Falcons arrive in Rabat for final preparation ahead of 12th WAFCON LINA Gov’t Makes Gains In Infrastructure, As President Weah Dedicates NAN Bulgaria mulls another sports cooperation with Nigeria, says

Burkina: Des journalistes posent le débat du cinéma à l’ère du numérique


  1 Mars      13        Cinema (104),

   

Ouagadougou, 28 févr. 2019 (AIB) – Le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ) a organisé un panel  jeudi, portant sur «les enjeux du cinéma burkinabè à l’ère du numérique» auquel ont pris part des cinéastes tels que Sékou Traoré et Apolline Traoré.
Pour la réalisatrice Apolline Traoré, le thème abordé au cours du panel est intéressant  vue qu’il a permis aux uns et aux autres de faire la différence entre tout ce qui se passe dans le monde cinématographique.
Pour elle, le numérique facilite les réalisations de films cinématographiques en terme de rapidité mais ‘’la qualité reste la qualité ‘’.
Pour la réalisatrice burkinabè, le numérique est très couteux dans le domaine du cinéma et elle est contre le fait que les gens disent que le numérique est venu pour faciliter les productions de films puisqu’il demande des moyens financiers.
«Avec l’analogique, on a besoin de développer les pellicules des productions. Jusqu’à présent, on n’a pas encore eu la meilleure caméra numérique  qui s’est approchée de l’analogique»,  a-t-elle avancé cependant.
A son tour, le réalisateur burkinabè Sékou Traoré a expliqué qu’à l’instar du son et de l’image, le numérique sera toujours dans le quotidien des producteurs de films cinématographiques.
Pour lui, il  apporte une petite facilité et il n’est plus un enjeu en tant que tel car l’enjeu,  c’est de faire des films de qualité qui respectent les normes professionnelles.
Pour la coordonnatrice du RIJ, Romaine Bakouan/Zidouemba, ce panel visait à créer le débat en vue de situer l’opinion publique sur le rendement des productions cinématographique en Afrique à l’ère du numérique et surtout au Burkina Faso.
Le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ) est une organisation de professionnels des médias œuvrant à la promotion de la profession depuis sa création en 2001.
Agence d’information du Burkina

Dans la même catégorie