ACP Le ministre de l’Industrie et le DG du FPI Patrice Kitebi échangent sur les contrats signés entre la RDC et l’Egypte GNA Chief breaks ground for multipurpose Nkawkaw Palace GNA President fulfills promise to Black Satellites after Youth Championship triumph GNA CIMG launches professional marketing qualifications in Ghana MAP RDC: le SG de l’ONU condamne fermement l’attaque perpétrée contre la MONUSCO au Nord-Kiv, tuant un Casque bleu MAP Observation mercredi du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual (ministère) MAP Côte d’Ivoire : Face au déficit d’électricité, un programme de « rationnement » MAP Questions migratoires: M. Laftit souligne le leadership de SM le Roi qui érige le Maroc en modèle régional MAP La reconnaissance US de la marocanité du Sahara a contraint « les uns à dévoiler leurs cartes, les autres à sortir du bois » (Quid.ma) MAP M. Bourita s’entretient avec son homologue gambien

L’UE finance un projet pour l’autonomisation de la femme dans le Sud-Comoé


   

Abidjan, 06 mars (AIP) – L’Union Européenne (UE) finance un projet dénommé « Mi kanhmidiê »  à hauteur de 40 millions de FCFA, pour la promotion d’une gouvernance et d’un développement inclusif par une contribution accrue de la société civile sur les aspects genre en Côte d’Ivoire et en particulier dans le sud-Comoé, a  annoncé son chef de mission en Côte d’Ivoire, Michel Laloge.

M. Laloge  a fait cette annonce, mardi, lors de la cérémonie de lancement du projet à Krindjabo, dans la commune d’Aboisso, en présence de Boa Louis, représentant Ouattara Romain, président de l’ONG Alliance, de Sa Majesté Amon N’Douffou 5, roi du Sanwi, des représentants de la société civile et des autorités préfectorales.

Le projet « Mi Kanhmidiê » sera piloté de 2019 à 2021 par l’ONG Alliance. Il  sera basé sur des objectifs spécifiques qui consisteront dans un premier temps à renforcer les capacités des Organisations de la société civile comme acteurs de développement et de contrôle citoyen sur les politiques spécifiquement liées aux Violences basées sur le genre (VBG) et à la santé sexuelle et reproductive.

Il s’agira, par la suite, de renforcer la redevabilité des organisations de la société civile envers les citoyens afin de mieux prendre en compte leurs contraintes et besoins non seulement dans les projets développés mais aussi et surtout dans les plaidoyers et processus de planification, a-t-il fait savoir.

Le projet a pour but également de promouvoir la contribution des citoyens à l’amélioration du développement social et sanitaire par des actions visant la promotion de l’égalité homme-femme et de la santé sexuelle et reproductrice dans la région du sud Comoé.

La mise en œuvre dudit projet verra la participation de trois autres structures partenaires que sont l’Association des femmes juristes (AFJCI), le réseau des organisations féminines (RIOF) et l’association des religieux pour la santé intégrale et la promotion de la personne humaine (ARSIP), a-t-on appris.

Le projet  » Mi Kanhmidiê » signifie « je porte ma voix » en Agni. Il  met  un accent particulier sur une meilleure représentativité des femmes et des populations du Sud-Comoé dans les processus de prise de décisions au niveau local et central. Il contribuera à autonomiser et sensibiliser  900 femmes et 10 575 jeunes filles, selon une approche inclusive impliquant toutes les entités clés tant au niveau des acteurs gouvernementaux qu’au sein du secteur privé et de la société civile, a indiqué le représentant du président de l’ONG Alliance.

akn/fmo

Dans la même catégorie