MAP SM le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion du 22ème anniversaire de la Fête du Trône (Texte intégral) GNA Sandema Hospital holds staff durbar GNA COVID-19; Group commends Health Minister’s efforts in fighting the pandemic AGP COVID-19: Don’t deny non-masked patients health care-Medical Officer AGP Kindia-Examen du CEE: 12554 candidats dont 5683 filles répartis dans 42 centres AGP Matam-Examen du CEE : 5.835 candidats dont 3122 filles répartis dans 13 centres AGP Gueckédou-Administration : Passation de service entre les sous-préfets sortant et entrant de Koundou Léngo Bèngou GNA Korle-Klottey initiates measures to implement development policies GNA CAMFED Ghana awards Teacher Mentors under Transformative Leadership Programme GNA Mobile phones and social interaction

Insécurité/Sahel : «La nation s’enfonce dans un chaos qui la menace d’effondrement» (l’Appel de Manéga)


  5 Août      1        Society (28973),

   

Ouagadougou, 05 août 2019 (AIB) – Le porte-parole de l’Appel de Manéga, Loukman Sawadogo, a affirmé samedi que la «nation burkinabè s’enfonce dans un chaos» au regard des multiples déplacés internes provoqués par les attaques terroristes.
«La nation burkinabè s’enfonce dans un chaos qui la menace d’effondrement», a indiqué le porte-parole de l’Appel de Manéga, Loukman Sawadogo.
1. Sawadogo qui s’exprimait samedi à Ouagadougou, au cours d’un point de presse, faisait allusion à la fuite de sa propre famille qui était obligée d’abandonner son domicile à Barsalogo dans le Centre-Nord, une localité située à environ 145 km de la capitale burkinabè.
«Je viens d’apprendre par ma grande mère qu’elle a dû s’enfuir de son domicile pour se reloger au centre de la ville de Kaya (100 km de Ouagadougou) parce que toutes les concessions se sont vidées autour d’elle», a- t-il témoigné.
Notons que la ville de Kaya, capitale de la région du Centre-nord, connait ces derniers temps une forte invasion de déplacés de villages environnants, à cause de la recrudescence des attaques terroristes malgré l’opération N’dofu initiée par l’Armée burkinabè au mois de mai dernier pour faire face aux forces du mal dans les régions du Nord et du Sahel.
A en croire Loukman Sawadogo, «près de 30 mille personnes constituées de femmes, d’enfants, de vieillards des dizaine de villages, sont aujourd’hui déplacées dans la ville de Barsalgho, sans abris, ni nourriture, ni eau, sans sécurité, dans la peur».
De son avis, cette situation se traduit par un «dénuement» et une misère humanitaire et «abominable» pour les déplacés.
«Fallait-il assister indifférent, impassible et les bras croisés à cette descente aux enfers de notre chère patrie qui part en lambeau sous la poussée terroriste et par le fait des divisions intestines des filles et fils du pays ?», s’est-il interrogé.
A l’écouter, pour éviter que le pays ne sombre dans le chaos, les filles et fils du Burkina Faso doivent s’unir pour une bonne cohésion et un bon vivre-ensemble.
Le journaliste Loukman Sawadogo, a rappelé les objectifs de l’appel de Manéga qui sont, entre autres, «la sensibilisation des Burkinabè sur certaines valeurs cardinales que sont la paix, la tolérance, le civisme, le pardon (…)».
Le porte-parole de l’Appel de Manéga a aussi procédé à une remise d’attestations à une trentaine de personnalité et d’institutions nationales et internationales.

Dans la même catégorie