GNA Namibia Central Bank delegation calls on Bank of Ghana Governor GNA Bank of Ghana, Cyber Security Authority to deepen collaboration GNA Padua North America Association commissions six classrooms GNA MTN Y’ello Care: CEO spends time with pupils of New Asafo Basic School GNA Let’s educate girls on Sexual Reproductive Health Rights, Gender-Based Violence GNA Morocco Commended for Progress Made in Women’s Rights GNA Nsoatreman FC receives rousing welcome in Sunyani  GNA MTN FA Cup: Abdul Latif Adaare to officiate Hearts/Bechem final clash GNA Over 30 head porters undergo training courses in adolescent development GNA GIFEC Administrator concludes inspection of projects in Ashanti Region

La 2ème édition du Festival du cinéma du Lôh-Djiboua sensibilise sur l’immigration clandestine


  14 Février      11        Cinema (104), Society (32573),

   

Divo, 14 fév (AIP) – L’Agence de production audiovisuelle (ADPAV) organise, depuis mercredi, ce jusqu’à samedi, la 2ème édition du Festival du cinéma du Lôh-Djiboua (FESCILOD), à Divo et dans d’autres localités de la région, avec pour thème « L’immigration clandestine : enjeu et perspectives ».

« A partir de Divo, beaucoup de jeunes, partis en aventure, sont morts. Hors Divo est une ville culturelle. Nous ne voulons pas laisser mourir la culture et nous ne voulons pas non plus laisser partir nos jeunes pour aller mourir dans la méditerranée », a déclaré le Commissaire général du festival, Elie Oko, réalisateur.

Il a soutenu que c’est la raison pour laquelle l’ADPAV a décidé de se servir de la culture, notamment du cinéma pour sensibiliser et également offrir du travail aux jeunes, en les formant au cinéma et en organisant ce festival.

Le film fiction, coréalisé par Elie Oko et Adou Yam’s, avec des acteurs ivoiriens, est intitulé « Candidat à l’immigration clandestine ». Projeté gratuitement, il est le seul film au programme de ce festival, dans les localités de Divo, Guitry, Hiré et Lakota, du mercredi au samedi, de 17H à 20H. La projection est à chaque fois suivie d’échanges avec la population.

Les organisateurs du festival expliquent avoir peu de moyen et sollicitent le soutien des autorités locales, notamment la mairie et le conseil régional, afin de les soutenir à donner une envergure plus importante à cet événement, qui selon eux, pourrait devenir un rendez-vous incontournable dans l’agenda culturel de la région du Lôh-Djiboua et de la Côte d’Ivoire.

Dans la même catégorie