GNA Collective effort needed to solve sanitation issues-Assembly Member GNA National Security Ministry investigates alleged manhandling of CitiFM journalists GNA COVID-19: Clinicians trained in critical case management GNA PIAC calls for proper targeting of Annual Budget Funding Amount Inforpress Montante distribuído de direitos autorais ronda os quatro mil contos – SCM Presidente da República promete dialogar com sindicatos do sector educativo sobre as greves de professores ANG Presidente da República exonera ministro das pescas Malam Sambú ANG Ladislau Embassa promete um sistema judicial eficiente e eficaz GNA Woman attacked by wild antelope succumbs to death GNA Cuba seeks Ghana’s vote at United Nations

CLIMAT : LES FEMMES JOURNALISTES AFRICAINES SE POSENT EN ACTRICES DE CHANGEMENT


Envoyée spéciale APS, Adama Diouf Ly

Casablanca 6 mars (APS) – Les quelque 300 femmes journalistes africaines regroupées au sein du réseau ‘’les Panafricaines’’ se disent prêtes à être de véritables actrices de changement sur les questions climatiques qui se posent sur le continent, avec des ‘’conséquences dévastatrices’’.

‘’Nous +les Panafricaines+, nous sommes des femmes ambitieuses et voulons relever un nouveau défi et être de véritables actrices de ce changement parce qu’en définitive, c’est notre métier d’informer et de sensibiliser sur les questions qui touchent nos populations’’, a déclaré la présidente du Comité permanent de l’organisation, Fathia Elaouini.

Ces femmes journalistes tiennent depuis ce vendredi à Casablanca la troisième édition de leur forum.

Pour la présidente de cette manifestation, ‘’c’est l’Afrique au féminin, le premier réseau de femmes journalistes en Afrique qui se réunit’’ ainsi dans la capitale économique marocaine.

‘’Notre force, c’est que nous sommes unies pour parler d’une même voix et porter des actions à l’échelle continentale’’, a-t-elle souligné devant un parterre de femmes journalistes. ‘’Nous avons une responsabilité en tant que médias. Ce n’est pas toujours facile, mais nous pouvons renverser les tendances en menant des actions responsables ’’, a-t-elle ajouté.

Elle est d’avis que les médias ont un rôle crucial dans les changements de comportement en décidant de porter des actions à mener pour le futur. Elle estime que ‘’les conséquences des changements climatiques pour l’Afrique sont multiples et dévastatrices et touchent la sécurité alimentaire avec des productions agricoles plus faibles, du fait des risques de sécheresse, de l’affaiblissement des ressources, de la déforestation, entre autres’’.

Après les migrations, thème de la précédente édition de leur forum, cette année, ‘’les Panafricaines’’ ont décidé de se pencher sur le sujet : ‘’Urgence climatique : Les médias africains acteurs du changement’’.

La présidente du réseau a rappelé que lors de son discours adressé à la première conférence de la Commission Climat pour la région du Sahel, en 2019, le Roi Mohamed VI avait affirmé que l’Afrique qui endure injustement l’impact du changement climatique, devait être ‘’la priorité de l’action collective’’.

Selon elle, le souverain marocain avait ajouté que ‘’le combat pour la justice climatique est pour les Africains et les Africaines un combat pour l’accès à une vie meilleure et digne, et à un avenir prometteur’’.

Même si l’Afrique est, selon elle, le continent le moins pollueur, car ne contribuant que pour moins de 4% aux émissions de gaz à effet de serre selon l’Organisation des Nations unies, il reste qu’il en subit les plus graves conséquences. Elle indique que sur les 10 pays considérés comme les plus menacés par les changements climatiques, les sept se trouvent sur le continent.

CLIMAT : LES FEMMES JOURNALISTES AFRICAINES SE POSENT EN ACTRICES DE CHANGEMENT


Envoyée spéciale APS, Adama Diouf Ly

Casablanca 6 mars (APS) – Les quelque 300 femmes journalistes africaines regroupées au sein du réseau ‘’les Panafricaines’’ se disent prêtes à être de véritables actrices de changement sur les questions climatiques qui se posent sur le continent, avec des ‘’conséquences dévastatrices’’.

‘’Nous +les Panafricaines+, nous sommes des femmes ambitieuses et voulons relever un nouveau défi et être de véritables actrices de ce changement parce qu’en définitive, c’est notre métier d’informer et de sensibiliser sur les questions qui touchent nos populations’’, a déclaré la présidente du Comité permanent de l’organisation, Fathia Elaouini.

Ces femmes journalistes tiennent depuis ce vendredi à Casablanca la troisième édition de leur forum.

Pour la présidente de cette manifestation, ‘’c’est l’Afrique au féminin, le premier réseau de femmes journalistes en Afrique qui se réunit’’ ainsi dans la capitale économique marocaine.

‘’Notre force, c’est que nous sommes unies pour parler d’une même voix et porter des actions à l’échelle continentale’’, a-t-elle souligné devant un parterre de femmes journalistes. ‘’Nous avons une responsabilité en tant que médias. Ce n’est pas toujours facile, mais nous pouvons renverser les tendances en menant des actions responsables ’’, a-t-elle ajouté.

Elle est d’avis que les médias ont un rôle crucial dans les changements de comportement en décidant de porter des actions à mener pour le futur. Elle estime que ‘’les conséquences des changements climatiques pour l’Afrique sont multiples et dévastatrices et touchent la sécurité alimentaire avec des productions agricoles plus faibles, du fait des risques de sécheresse, de l’affaiblissement des ressources, de la déforestation, entre autres’’.

Après les migrations, thème de la précédente édition de leur forum, cette année, ‘’les Panafricaines’’ ont décidé de se pencher sur le sujet : ‘’Urgence climatique : Les médias africains acteurs du changement’’.

La présidente du réseau a rappelé que lors de son discours adressé à la première conférence de la Commission Climat pour la région du Sahel, en 2019, le Roi Mohamed VI avait affirmé que l’Afrique qui endure injustement l’impact du changement climatique, devait être ‘’la priorité de l’action collective’’.

Selon elle, le souverain marocain avait ajouté que ‘’le combat pour la justice climatique est pour les Africains et les Africaines un combat pour l’accès à une vie meilleure et digne, et à un avenir prometteur’’.

Même si l’Afrique est, selon elle, le continent le moins pollueur, car ne contribuant que pour moins de 4% aux émissions de gaz à effet de serre selon l’Organisation des Nations unies, il reste qu’il en subit les plus graves conséquences. Elle indique que sur les 10 pays considérés comme les plus menacés par les changements climatiques, les sept se trouvent sur le continent.

Dans la même catégorie