Les étudiants de l’université de Niamey condamnent les attaques meurtrières récurrentes dans le pays AIB Burkina : Le gouvernement et ses partenaires échangent autour de la production agro-sylvo-pastorale AIB Burkina : l’Etat préconise des formations professionnelles privés aboutissant à l’auto-emploi AIB Fada N’Gourma : Plusieurs élèves blessés suite à des échauffourées avec les FDS GNA Australian High Commission supports training of women in dairy processing GNA ACET launches call for SMEs into Business Transformation Programme GNA Murder suspect weeps as he awaits committal proceedings MAP Grand Prix 4* de Gorla Minore en Italie : Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar se classe 3ème APS ENTRE 500 ET 700 PARTICIPANTS ATTENDUS AU 6E FORUM DE LA FINANCE ISLAMIQUE (ORGANISATEURS) GNA COVID-19: All set for second dose vaccination in Ashanti

Gabon: Les 105 agents licenciés de l’ANGTI en attente du paiement de leur reliquat


  2 Avril      82        Businesses (191), Job (216), Society (27153),

   

Libreville, 02 Avril (AGP) – L’ensemble des 105 employés licenciés de l’Agence Nationale des Grands Travaux d’Infrastructures (ANGTI), notifiés d’une cessation de leurs activités le 14 octobre 2019, pour congés techniques de trois mois, ont fait une déclaration, le 30 mars dernier, à Libreville, pour réclamer le règlement total du reliquat des mesures d’accompagnement.

«Dans un contexte de confinement exigeant un minimum de provisions et de fonds dans chaque ménage, nous sollicitons vivement l’intervention des plus hautes autorités, en tête desquelles, le président de la République, chef de l’État, Ali Bongo Ondimba et le Premier ministre, Chef du gouvernement, Julien Nkoghé Békalé, afin que ce reliquat nous soit réglé dans les meilleurs délais. La souffrance est grande !», se sont-ils exclamés.

Les 105 employés licenciés de l’Agence Nationale des Grands Travaux d’Infrastructures (ANGTI) pour motifs d’ordres économiques ont, dans leur déclaration, rappelé qu’à l’issue de multiples rencontres entre l’ancien employeur, la Confédération Syndicale Gabonaise (COSYGA) et le ministère en charge des Travaux publics (la tutelle), un procès procès-verbal de conciliation énonçait comme mesures d’accompagnement, le paiement des droits légaux et d’une indemnité transactionnelle.

«Ledit procès-verbal prévoyait en outre un échéancier sur deux mois au cas où un paiement unique ne pouvait être effectué. Soit le 30 octobre 2019 pour la première tranche et le 30 novembre de la même année au plus tard pour la seconde. À ce jour, nous n’avons malheureusement reçu qu’une tranche, la deuxième étant toujours en attente de signature à la Direction générale du Budget et des Finances publiques», ont-ils expliqué.

Les ex-employés de l’ANGTI ont également indiqué que le dossier n’a connu aucune avancée significative jusqu’à ce jour. Pour ces pères et mères de familles licenciés, ils ne savent plus à quel saint se vouer.

Toutefois, dans la crainte croissante de voir leur situation empirer pendant le confinement décrété par les plus hautes autorités, ces derniers attendent une suite favorable à leur dossier.

Gabon: Les 105 agents licenciés de l’ANGTI en attente du paiement de leur reliquat


  2 Avril      76        Businesses (191), Job (216), Society (27153),

   

Libreville, 02 Avril (AGP) – L’ensemble des 105 employés licenciés de l’Agence Nationale des Grands Travaux d’Infrastructures (ANGTI), notifiés d’une cessation de leurs activités le 14 octobre 2019, pour congés techniques de trois mois, ont fait une déclaration, le 30 mars dernier, à Libreville, pour réclamer le règlement total du reliquat des mesures d’accompagnement.

«Dans un contexte de confinement exigeant un minimum de provisions et de fonds dans chaque ménage, nous sollicitons vivement l’intervention des plus hautes autorités, en tête desquelles, le président de la République, chef de l’État, Ali Bongo Ondimba et le Premier ministre, Chef du gouvernement, Julien Nkoghé Békalé, afin que ce reliquat nous soit réglé dans les meilleurs délais. La souffrance est grande !», se sont-ils exclamés.

Les 105 employés licenciés de l’Agence Nationale des Grands Travaux d’Infrastructures (ANGTI) pour motifs d’ordres économiques ont, dans leur déclaration, rappelé qu’à l’issue de multiples rencontres entre l’ancien employeur, la Confédération Syndicale Gabonaise (COSYGA) et le ministère en charge des Travaux publics (la tutelle), un procès procès-verbal de conciliation énonçait comme mesures d’accompagnement, le paiement des droits légaux et d’une indemnité transactionnelle.

«Ledit procès-verbal prévoyait en outre un échéancier sur deux mois au cas où un paiement unique ne pouvait être effectué. Soit le 30 octobre 2019 pour la première tranche et le 30 novembre de la même année au plus tard pour la seconde. À ce jour, nous n’avons malheureusement reçu qu’une tranche, la deuxième étant toujours en attente de signature à la Direction générale du Budget et des Finances publiques», ont-ils expliqué.

Les ex-employés de l’ANGTI ont également indiqué que le dossier n’a connu aucune avancée significative jusqu’à ce jour. Pour ces pères et mères de familles licenciés, ils ne savent plus à quel saint se vouer.

Toutefois, dans la crainte croissante de voir leur situation empirer pendant le confinement décrété par les plus hautes autorités, ces derniers attendent une suite favorable à leur dossier.

Dans la même catégorie