APS MACKY SALL GRACIE 551 PRISONNIERS À L’OCCASION DE LA KORITÉ APS MACKY SALL GRACIE 551 PRISONNIERS À L’OCCASION DE LA KORITÉ APS MACKY SALL GRACIE 551 PRISONNIERS À L’OCCASION DE LA KORITÉ AIP Un incendie ravage des magasins au marché central de Bonoua AIP Bédié regagne Daoukro après un an d’absence GNA Two jailed 26 years over attempted robbery GNA Gyamfi’s double powers Kotoko past Ebusua Dwarfs INFORPRESS Le président de la FCF défend que toutes les institutions sportives soient auditées INFORPRESS Handball: New women’s handball coach wants Cape Verde to make history at CAN INFORPRESS Santo Antão: Coordenação do projecto Apoio ao Micro Empreendedorismo Feminino preocupada com problemática do lixo

Labé-Enfance : De nombreux enfants livrés au petit commerce


  16 Juin      5        Job (216),

   

Labé, 15 juin (AGP)- Le mois de Juin est décrété par les Nations Unies comme mois de l’enfant. Cette célébration devrait concourir à l’amélioration de leurs conditions de vie. A Labé, le marché central est inondé par des tout-petits en cette période de covid19. Ces enfants qui sont issus de familles à faibles revenus, investissent le marché pour diverses causes.
Aliou Bah, profite de ce moment pour aider son oncle à écouler ses marchandises.
« Comme je n’étudie pas actuellement, je dois venir pour l’épauler afin qu’il puisse vendre beaucoup. Je fais le tour du marché et parfois même je vais dans les quartiers pour vende mes chaussettes. Mes amis vendent pour eux mais moi je le fais pour mon oncle qui est mon tuteur. Parfois, il me donne 2.000 ou 3.000 fg par jour pour mon transport. Mais je préfère rentrer à pieds pour garder l’argent », a indiqué l’élève de la 4eme année, âgé d’environ 11ans.
Pour Tahirou Sow, de la 7eme année, le commerce se fait autrement « Je viens prendre les chaussettes. Après avoir vendu, je ramène pour mon patron et il me donne l’intérêt. Par jour, je gagne 10. 000 ou 15 000 francs guinéens. Je revends la paire à 2.500 ou 3.000 et moi je gagne 500 ou plus par paire.
D’autres enfants revendent de l’eau ou des chaussures. On soufre mais cette activité est bonne pour nous parce qu’après, on peut acheter des habits, des cahiers pour nous ou acheter de la salade pour notre famille. C’est une façon d’aider ma maman qui vend de légumes au marché » raconte l’enfant vulnérable rencontré à la remontée du marché Yenguéma Sassé.
Une autre catégorie d’enfants est contrainte par leurs familles de pratiquer le petit commerce « Ma tante me demande de venir revendre de l’eau chaque jour à partir de 13h après avoir mangé. Parfois, j’ai mal à la tête à cause de la charge et le soleil. Mais, je dois faire ce qu’elle demande. Je ramène tout ce que je gagne. Je fais la 5eme année, même au moment des cours je suis obligée de venir vendre de l’eau à partir de 16 heures. Je suis maintenant habituée à faire ça » nous a confié Ramatoulaye Diallo.
A Labé, aucune activité en faveur des enfants démunis n’a été organisée à l’occasion de ce mois célébré pour débattre des souffrances et conditions de vie des enfants.

Dans la même catégorie