APS MACKY SALL GRACIE 551 PRISONNIERS À L’OCCASION DE LA KORITÉ APS MACKY SALL GRACIE 551 PRISONNIERS À L’OCCASION DE LA KORITÉ APS MACKY SALL GRACIE 551 PRISONNIERS À L’OCCASION DE LA KORITÉ AIP Un incendie ravage des magasins au marché central de Bonoua AIP Bédié regagne Daoukro après un an d’absence GNA Two jailed 26 years over attempted robbery GNA Gyamfi’s double powers Kotoko past Ebusua Dwarfs INFORPRESS Le président de la FCF défend que toutes les institutions sportives soient auditées INFORPRESS Handball: New women’s handball coach wants Cape Verde to make history at CAN INFORPRESS Santo Antão: Coordenação do projecto Apoio ao Micro Empreendedorismo Feminino preocupada com problemática do lixo

DES ACTEURS IMPLIQUES EDIFIES SUR LE HANDICAP EN LIEN AVEC LA FORMATION ET L’INSERTION PROFESSIONNELLE


  24 Septembre      6        Job (216),

   

Kpalimé, 24 sept. (ATOP) – Des décideurs des organismes professionnels, des responsables de syndicats et entreprises de formation de la préfecture ont pris part, les 23 et 24 septembre à Kpalimé, à une formation sur la thématique du handicap en lien avec la formation et l’insertion professionnelle.
Initiée dans le cadre du projet « Emploi décent pour les personnes handicapées au Togo », cette activité est à l’actif de la Fédération togolaise des associations de personnes handicapées (FETAPH) à travers l’Union des handicapées physiques et des personnes valides pour le développement social (UHPPVDS). Elle a bénéficié du soutien financier de Christoffel-Blindenmission (CBM).
L’objectif est de contribuer à un meilleur accès des personnes handicapées à la formation professionnelle et au marché du travail au Togo. Il s’agit de sensibiliser les décideurs des organismes professionnels, syndicats et entreprises de formation sur la thématique du handicap en lien avec la formation professionnelle ; de faire le suivi des mesures inclusives prises par ces différents acteurs à travers un questionnaire de recueil des informations et statistiques sur les effets de sensibilisations et formations réalisées en 2018 et 2019. Il a été aussi question de réfléchir avec les participants sur les opportunités et défis de l’inclusion des personnes handicapées dans le programme de formation et d’insertion professionnelle au niveau local.

Au cours des travaux, les participants ont suivi une brève présentation sur le projet et les résultats concrets obtenus dans la région depuis 2018, suivie de débat. Ils ont également suivi une communication sur ‘’comprendre le handicap’’ et écouté les expériences positives des décideurs et organismes professionnels sur les apprentis et les patrons en situation de handicap ; sur les difficultés que les structures de formation rencontrent souvent dans la prise en charge des jeunes handicapés et la recherche de solutions. Les mesures correctives prises, relatives à l’accessibilité et à l’accueil des personnes handicapées ont été aussi présentées.

Pour le maire de la commune Kloto 1, Winny Yawo Dogbatsè, ce projet vient consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion qui visent, entre autres, à assurer la prise en compte effective des principes fondamentaux, d’équité et d’inclusion dans tous les secteurs. Il a ajouté qu’il s’agit ainsi de promouvoir les droits des personnes handicapées en les amenant à créer leur propre entreprise pour un emploi décent. « L’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap est importante et nous concerne tous, car nous avons également besoin de leur ingéniosité et compétences pour relever les défis qui sont les nôtres », a indiqué le maire de Kloto 1.

Le secrétaire général d’UHPPVDS, Amégasi Komi Dzinyedi a pour sa part indiqué que les personnes handicapées au Togo subissent autant de discriminations que ceux dans beaucoup d’autres parties du monde. Il a poursuivi qu’elles sont souvent exclues totalement ou partiellement des processus sociaux et économiques et de la société en général, malgré les lois et politiques qui tiennent compte de leur inclusion. L’absence fréquente de mise en pratique de ces lois et politiques entraine souvent, selon M. Amégasi, le manque des structures publiques et privées au niveau local et régional, ainsi que des ressources devant permettre de faciliter l’inclusion de ces personnes en situation de handicap dans la vie socio-professionnelle et scolaire. « Certains préjugés de la population à l’égard des personnes handicapées contribuent également à cette situation », a-t-il expliqué Amégasi.

Dans la même catégorie