AIP Côte d’Ivoire – AIP / La ministre Mariatou Koné exhorte les élèves à prendre leurs études au sérieux AGP Guinée/Formation : 11 institutions d’enseignements supérieurs sur 17 habilitées à délivrer des diplômes session 2020-2021 selon un résultat provisoire de l’ANAQ AGP Boké-Tourisme: Une caravane internationale touristes étrangers attendue le 30 novembre dans la région AIP Côte d’Ivoire-AIP/Eliminatoire mondial 2023 : Les éléphants basketteurs triomphent des Angolais (57-56) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La FAAPA préoccupée par la probable dissolution de l’Agence béninoise de presse APS LA FSAPH MISE SUR LA COMMUNICATION POUR LA RATIFICATION DU TRAITÉ DE MARRAKECH APS LES ÉLEVEURS SOLLICITENT L’AIDE DE L’ETAT POUR DÉVELOPPER LA CULTURE FOURRAGÈRE APS QUELQUE 3.355 GÉNISSES IMPORTÉES ENTRE 2017 ET 2021 MACKY SALL PRÉSIDE À DAHRA LA JOURNÉE NATIONALE DE L’ÉLEVAGE APS YOUSSOU NDOUR SOLLICITÉ DANS LE COMBAT POUR LA RATIFICATION DU TRAITÉ DE MARRAKECH

LE DG DU BOS DU PSE EXPLIQUE LES ENJEUX DE LA RELANCE DE L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE


  5 Novembre      21        Economy (12223),

   

Dakar, 5 nov (APS) – Le Directeur général du Bureau opérationnel de suivi (BOS) du PSE, Me El Ousseynou Kane, a indiqué, jeudi que l’objectif du Sénégal est d’arriver à produire 50% de la demande pharmaceutique et faire un gain de 80 milliards de francs CFA sur la balance commerciale à l’horizon 2035.

’’L’objectif est d’arriver en 2035 à une production pharmaceutique de 50% et faire un gain de quatre-vingt milliards de francs CFA sur la balance commerciale’’, a-t-il déclaré lors de l’atelier stratégique sur le projet de relance de l’industrie pharmaceutique au Sénégal.

Selon lui, le pays ’’produit actuellement moins de 5% des médicaments dont on a besoin’’, ce qui oblige le Sénégal à importer chaque année, l’équivalent de cent-cinquante milliards de francs CFA en médicaments.

’’Quand on part de ces chiffres, on se rend compte que c’est un danger économique, mais aussi un problème de santé publique’’, a-t-il souligné.

Sur les conséquences de cette dépendance, M. Kane a indiqué, à titre d’exemple, que si les pays exportateurs de produits pharmaceutiques refusaient de livrer au Sénégal des médicaments, les pertes pourraient s’estimer à quinze milliards de francs CFA.

’’Si on en arrive à cette situation, ce sera une catastrophe. C’est pourquoi le président de la République a constaté et donné des instructions pour que la production pharmaceutique soit relancée’’, a ainsi fait savoir le DG du BOS.

Cette relance va passer par la valorisation de la pharmacopée locale, a t-il dit, mettant en exergue ’’plusieurs types de médicaments qui ne sont pas valorisés, encore moins conditionnés ou protégés’’.

Dans cette perspective, il a souligné la nécessité de mettre en place une ‘’planification claire’’, avec ’’la responsabilisation de tous les acteurs’’ et ’’un suivi rapproché de toutes ces actions pour qu’on soit à l’abri de certains risques telles que la pandémie’’.

Me Kane a annoncé le renforcement des capacités de l’Institut Pasteur et de la Pharmacie nationale d’approvisionnement et la création des zones dédiées à la production de médicaments.

’’L’objectif est réaliste, car on l’a calculé et mesuré afin de le réussir d’’ici 2035’’, a-t-il conclu.

Dans la même catégorie