APS L’INSTITUT DE DÉFENSE DU SÉNÉGAL INAUGURÉ AU CAMP IDRISSA-FALL APS UNE RALLONGE DE 45 MILLIARDS POUR LA MODERNISATION DU MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT APS LE FONSIS ET L’AFREXIMBANK EN SYNERGIE POUR ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJETS Inforpress São Vicente: Festival de desporto para atletas com deficiência dá início às comemorações dos 100 anos da travessia aérea Inforpress Relatório sobre últimas eleições presidenciais revela que a imprensa deu uma cobertura igualitária aos candidatos Inforpress PR animado com sinais de retoma teme evolução da pandemia que possa levar a um novo fechamento Inforpress Pólo da Escola do Mar em São Miguel vai servir Santiago e as ilhas do Sul – ministro Inforpress FCF: Mário Semedo é candidato único à sua própria sucessão Inforpress Covid-19: Cabo Verde volta a exigir teste negativo à entrada do país AIP Comoé Capital et Itia Sarl s’unissent pour créer une entreprise de fruits séchés dans le Nord ivoirien

L’Ambassadrice de l’Union Européenne au Niger rencontre les femmes parlementaires


  31 Mars      106        Women's Leadership (329),

   

Niamey, 30 Mars (ANP) – L’Ambassadrice et Cheffe de la Délégation de
l’Union Européenne au Niger, Dr Denisa-Elena IONETE, a rencontré, dans
l’après-midi du mardi 30 mars 2021 à l’hémicycle de l’Assemblée
Nationale du Niger, les femmes députés élues lors des législatives du
27 décembre 2020.
Sous la direction de Mme Hadiza Seyni, la 2ème Vice-présidente de la
3ème Législature de 7ème République nouvellement installée, cette
rencontre de prise de contact et d’échanges entre les femmes
nigériennes députés et la responsable européenne, s’est déroulée en
présence des responsables du Ministère de la Promotion de la Femme et
de la Protection de l’Enfant.

Selon Dr Denisa, cette rencontre s’inscrit dans le cadre du soutien
accordé par la coopération de l’Union Européenne aux Institutions
nationales du Niger, en l’occurrence l’Assemblée Nationale, afin de
renforcer leur capacité de poursuivre l’élimination de tous les
obstacles qui empêchent les femmes de jouer un rôle actif dans tous
les domaines de la vie sociopolitique.

« Notre pays vient d’achever le cycle des élections générales et en
particulier les élections législatives au bout desquelles 49 femmes
ont été élues députées sur les 166. On remarque qu’une avancée notable
a été effectuée lors de ces élections et ces efforts sont imputables à
la politique de quotas dont la loi a été révisée pour permettre une
plus grande participation de la femme nigérienne au mandat électif »,
a fait savoir Mme Hadiza Seyni en introduisant cette rencontre.

Pour Dr Denisa-Elena IONETE, « une participation égale des femmes et
des hommes à la prise de décisions établit un équilibre qui
correspondra mieux à la composition de la société. De même, l’égalité
dans la prise des décisions donne aux femmes un poids qui seul
permettra l’intégration d’une perspective égalitaire dans
l’élaboration des politiques ».

Pour elle, « il ne s’agit pas seulement d’une simple question de
justice et de démocratie, mais aussi d’une condition nécessaire pour
accélérer l’autonomisation des femmes et des filles, réaliser leurs
droits et éliminer toutes les formes de violences à leur égard ».

Bien que la proportion des femmes exerçant des mandats électoraux et
des fonctions électives soit largement en dessous du 30% requis par
les normes internationales auxquelles adhère le Niger, il convient de
reconnaître les mesures prises par le pays pour progresser vers
l’égale participation à la vie publique, qui ont fait passer le quota
des femmes aux fonctions électives de 15% à 25% et de 25% à 30% aux
fonctions nominatives.

Cette rencontre a surtout permis d’amorcer le renforcement des
capacités de l’Assemblée Nationale à intégrer une perspective de genre
dans son fonctionnement et ces procédures afin de contribuer à la
justice entre les femmes et les hommes au Niger.

La Délégation de l’Union Européenne a réitéré son soutien à
l’Assemblée Nationale, aux députées et au Ministère pour contribuer au
renforcement de leur capacité à influencer la prise de décision pour
accélérer l’autonomisation des femmes, la réalisation de leurs droits
et l’élimination de toutes les formes de violences qui leurs sont
faites.

La députée Hadizatou Yacouba, au nom des femmes parlementaires, a
déclaré que « le droit ne se donne pas, mais s’arrache. Il faut donc
amener les collègues députés hommes à nous comprendre pour qu’ensemble
nous travaillons main dans la main pour relever les défis du genre. A
chaque fois, on parle des violences faites aux femmes. Mais par qui ?
Les hommes », a-t-elle répondu pour justifier sa proposition.

Dans la même catégorie