APS MAME FAMEW CAMARA EXPLIQUE L’IMPORTANCE DE LA PLACE DE LA FEMME DANS SES ŒUVRES GNA Africa should address challenges of Covid-19 – President Akuffo Addo APS SURVIE DE L’ENFANT : UN PLAN DE COMMUNICATION EN COURS D’ÉLABORATION POUR BOOSTER LES INDICATEURS APS MAME FAMEW CAMARA : ’’IL FAUT FAIRE DE LA LECTURE UNE DISTRACTION’’ APS LES TRAVAUX DU PARC DES TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES « À UN NIVEAU SATISFAISANT » (COMMUNIQUÉ) GNA Speaker inaugurates Parliamentary Friendship Associations Management Committee GNA COVID-19: Dodowa Health Research Center engages stakeholders on trial of Sputnik Light vaccine GNA More than 65,000 merchants enrolled on the GhQR platform GNA Entrance University Hospital organizes health screening GNA Ghana-Togo Maritime Boundary Negotiations Meeting underway in Accra

Côte-d’Ivoire-AIP/ Des leaders locaux renforcent leurs capacités à Bongouanou


  12 Mai      8        Society (28148),

   

Bongouanou, 12 mai 2021 (AIP) – Des leaders locaux des organisations de jeunesse, de femmes, des partis politiques, des hommes de presse et animateurs de foras en présentiel et en ligne, ont renforcé leurs capacités dans la lutte contre la désinformation, les fausses nouvelles, les discours de haine et les violences sociopolitiques.

Lors d’un atelier présidée, lundi 10 et mardi 11 mai 2021, par le préfet de la région du Moronou, Okoma Jeannette, les participants ont été instruits sur plusieurs modules portant notamment sur l’ethnie, les dissonances cognitives, identités et conflits communautaires, la communication non violente (CNV) et les alliances interethniques.

Durant deux jours, l’atelier a permis de donner aux participants les outils nécessaires pour prévenir les discours de haine et les conflits sociopolitiques et communautaires pour une plus forte implication dans les initiatives de paix au sein de leur communauté.

Cette action va réduire les risques de violence liés aux discours d’incitation à la haine et à la diffusion de fausses informations à travers une implication active des jeunes dans la prévention et la résolution des conflits, a affirmé un des formateurs, Tié Bi Lucien.

L’atelier s’inscrit dans le cadre d’un projet mis en place par le système des Nations unies à travers le PNUD, L’UNESCO et l’UNICEF intitulé « les jeunes comme moteurs de prévention des discours de haine et des conflits sociopolitiques et communautaires ». Financé par le fonds des Nations unies pour la consolidation de la paix (UN-PBF), il a été initié par le PNUD en partenariat avec le ministère de la Réconciliation et de la cohésion nationale et la Fondation Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

Dans la même catégorie