GNA Rev. Ntim Forjour donates to schools in his constituency GNA GES and GhLA hold maiden Akim Oda Reading Festival GNA Two West Mamprusi communities attain ODF Sanitised status GNA Assin North residents call for free, fair, transparent by-election GNA Massive participation at the Reverential night to usher in Emancipation Day GNA Peace Council unhappy about chieftaincy institution’s declining dignity and integrity AIB Burkina : Lancement de la formation de 60 femmes et jeunes filles vulnérables au métier de tissage AIB L’ASECNA encourage le bachelier Adama Komi, passionné d’aéronautique AIB Marche du mouvement « U Gulmu fi » : La foule n’a pas été reçue par le gouverneur, celui-ci s’explique AIB Burkina/Diapaga : Des manifestants exigent la sécurité et la prise en charge des déplacés internes

Un menuisier écope de six mois de prison pour coups et blessures volontaires sur sa voisine de cour


  17 Juin      0        Technologie (1029),

   

Bouna, 17 juin 2021 (AIP)- Un menuisier, Koné Shaib, a été condamné, mercredi 16 juin 2021, par la section de tribunal de Bouna, à six mois de prison ferme et d’une amende de 100000 FCFA pour coups et blessures volontaires sur dame A. Mireille, lui causant une incapacité totale de travail (ITT) de plus de 21 jours.

A l’origine de cette bastonnade, une histoire d’enfant. Dame A. Mireille partage la même cour que les parents du menuisier dans un quartier de Bouna. Ce dernier, célibataire, ne dormant pas là, y passe souvent pour saluer la famille.

Le jour des faits, dame A. Mireille, administrait une correction à sa fille, pour un manquement commis. La fillette en pleurs, fuyant sa mère, a trouvé refuge chez le menuisier qui venait d’arriver, comme d’habitude, pour saluer ses parents. Dame A. Mireille s’est approchée de lui et a réclamé l’enfant.

Mais contre toute attente,  Koné Shaib administre une gifle retentissante à la dame qui s’écroule sur le champ, la roue de coups de poing au sol, avant de la laisser dans un bain de sang à la stupéfaction des habitants de la cour.

Désavoué par ses propres parents pour cet acte incompris, il est conduit à la police puis déféré à la maison d’arrêt et de correction de Bouna.

Interrogé au tribunal, s’il avait un antécédent avec la dame, il a répondu que c’était la première fois qu’il la voyait dans cette cour. Alors le juge a demandé pourquoi cette barbarie. Le menuisier dit ne pas regretter son acte qui est d’ailleurs selon lui, très louable car il prétend avoir sauvé la vie d’un enfant ”qui était en danger de mort”.

Devant cette réponse, le tribunal a établi un possible lien de cet individu avec une profonde addiction à la drogue.

Dans la même catégorie