GNA Government make strides in road construction GNA Residents of Chorkor sensitized on gender-based violence GNA Three Ghanaians emerged winners in 2021 Women in Agribusiness Awards GNA Ghana expecting over 1.4 doses of COVID vaccines GNA Court fines Hohoe Goil for non-payment of property rates GNA Businessman jailed for pouring acid on his girl friend GNA Violent crimes up by 20 percent from January to June 2021 GNA More than 200, 000 MSMEs benefiting under CAP Buss scheme GNA COVID-19 has exerted seriously on the economy-Finance Minister GNA Government is building robust framework to expand domestic revenue collection

UN PROGRAMME CIBLE 5000 JEUNES SORTIS DU SYSTÈME SCOLAIRE


  18 Juin      1        Society (28973),

   

Dakar, 18 juin (APS) – La Fondation du secteur privé pour l’éducation (FSPE) ambitionne de lancer un programme dont le but est d’enrôler, d’ici à 2023, 5000 jeunes sortis du système scolaire officiel pour une enveloppe de 100 millions de FCFA, a appris l’APS de son administratrice générale, Faye Bèye Kassé.

Ce programme qui cible les régions Sud du Sénégal (Kolda, Sédhiou, Ziguinchor) compte enrôler 5000 enfants âgés de 6 à 19 ans sortis précocement du système scolaire formel ou qui sont scolarisés dans les daaras (écoles coraniques), a déclaré l’administratrice générale de la FSPE.

Madame Kassé s’entretenait avec l’APS en marge d’une rencontre avec des responsables d’associations s’activant dans la protection de l’enfance.

Selon elle, ce programme est tout simplement une contribution du secteur privé national pour venir en appui au ministère de l’Education nationale dans une dynamique de lutter contre la déperdition scolaire au Sénégal.

Faisant allusion aux deux systèmes éducatifs (francophone et arabo-islamique) en marche au Sénégal, elle rappelle que les 2500 jeunes viendront des daaras communautaires et seront ainsi formés dans les métiers à forte potentialité dans les régions ciblées.

Justifiant le choix porté sur cette partie sud du Sénégal, l’administratrice générale de la FSPE, note que même si, selon les chiffres du ministère de l’Education nationale, 37% des jeunes en âge d’aller à l’école sont hors du système formel, cette problématique de déscolarisation est beaucoup plus aigüe dans ces zones frontalières où l’on note par endroits une absence d’offre éducative.

Madame Kassé a aussi annoncé qu’une campagne d’information et de levée de fonds sera lancée à partir du 2 juillet.

Dans la même catégorie