ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra

L’ADHÉSION À LA CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID PASSE PAR LA LUTTE CONTRE LA DÉSINFORMATION (OFFICIEL)


  21 Juin      1        LeaderShip Feminin (9727),

   

Dakar, 21 juin (APS) – Alphonse Ousmane Thiaw, directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Action sociale, appelle à relever le défi de la désinformation des communautés pour une meilleure adhésion des populations à la campagne de vaccination contre la COVID 19.

« La stratégie de gestion de l’épidémie étant dynamique, il convient de toujours s’adapter, combattre la désinformation et donner aux populations et aux communautés les moyens de jouer leur rôle dans tous les défis de la lutte y compris l’adhésion à la vaccination », a-t-il dit.

M. Thiaw, présidant lundi la cérémonie officielle d’ouverture d’un atelier sous-régional sur « la communication des risques et l’engagement communautaire », a évoqué le rôle des réseaux sociaux dans la désinformation et la circulation des rumeurs.

« La surabondance de messages dans les réseaux sociaux rendent difficile l’identification par le citoyen de l’information juste, fiable et digne de confiance, ce qui favorise la désinformation et la circulation des rumeurs », a-t-il souligné.

Sur la question des vaccins, il a dit que les autorités sénégalaises compétentes en la matière sont « en train de renforcer la communication afin que les populations puissent être davantage sensibilisées avec le Service national de l’éducation et de l’information pour la santé et les services déconcertés ».

« Nous avons même demandé aux gouverneurs de mettre en place un plan de communication afin d’impliquer les populations et d’avoir des résultats grâce à l’engagement communautaire des populations », a signalé le directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Action sociale.

Le Sénégal, « bien avant la détection du premier cas », a mis en œuvre « plusieurs interventions de communication qui ciblent toutes la promotion des mesures de protection individuelles et collectives pour rompre la chaîne de transmission », avec l’appui des partenaires techniques et financiers, a indiqué Alphonse Ousmane Thiaw.

Revenant sur le thème de l’atelier, il a expliqué que cette initiative « permet de revenir sur la communication des risques et l’engagement communautaire qui est un élément dans le cadre de la riposte à la pandémie de la Covid19, puisque nous devons à chaque fois avoir la communauté qu’il faut pour les populations et leur permettre d’être impliquées dans la riposte ».

A l’initiative de l’Organisation ouest africaine de la Santé (OOAS), cet atelier organisé avec l’appui de « Expertise France », vise à « accompagner le gouvernement du Sénégal dans sa politique de communication visant une appropriation par les communautés des mesures édictées et la promotion de la vaccination ».

« Nous sommes toujours sur le pied de guerre parce que nous sommes toujours en guerre contre la COVID19. Nous allons former nos différents relais et les représentants des ministères sectoriels car tous les acteurs des autres ministères doivent être impliqués », a ajouté Alphonse Ousmane Thiaw.

Le docteur Babacar Fall, intervenant au nom de l’Organisation ouest africaine de la Santé (OOAS), considère que « la communication sur les risques sanitaires mérite une attention particulière, un renforcement appuyé des acteurs du ministère de la santé et des autres sectoriels notamment dans la planification stratégique, l’évaluation et l’engagement communautaire ».

« La riposte contre la COVID ne peut être gagnée sans l’engagement communautaire », a pour sa part estimé la représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la socio-anthropologue Ndèye Maguette Ndaw.

Cette rencontre de deux jours regroupe les chefs des bureaux régionaux de l’éducation et de l’information pour la santé, des responsables de la communication des ministères de l’Elevage, de l’Education et de la Communication, ainsi que des participants venus de la sous-région.

Dans la même catégorie