ACP Les ministres provinciaux de l’éducation invités à lutter contre les antivaleurs dans leurs entités ACP Sud-Kivu : 153 personnes touchées par la covid-19 en cette troisième vague ACP L’ambassadeur américain Mike Hammer visite le barrage d’Inga ACP Les journalistes de l’ACP appelés à améliorer leur rendement pour la promotion de l’agence ACP Le Président Félix Tshisekedi réitère la nécessité de travailler pour l’intérêt général ANP Célébration de la fête de Tabaski à Tahoua : Les commerçants satisfaits des retombées économiques ANP Le Premier Ministre reçoit le Représentant résident du PAM au Niger ANP Entretien entre le Premier Ministre et le tout Premier nouvel Ambassadeur des Pays Bas au Niger GNA Will Accra work again with street Hawkers? ANP Zinder : Les revendeurs ont réalisé de bonnes affaires à l’occasion de la Tabaski

UNYMCA pour le renforcement des mécanismes d’amélioration de la gouvernance des entreprises


  21 Juin      1        Economy (11234),

   

Kinshasa, 21 juin 2021 (ACP).- Le chef de travaux à l’Université de l’Association chrétienne des jeunes gens-Association chrétienne féminine (UNYMCA), José Danzima, plaidé pour que le gouvernement de l’Union sacrée de la nation (USN) puisse renforcer les mécanismes d’amélioration de la gouvernance des entreprises publiques, spécialement, à propos de leur gestion.

Il a fait ce plaidoyer au cours de sa conférence sur ‘’les conditions de relance des entreprises du portefeuille de l’Etat animée à l’intention des différents corps de cet établissement d’enseignement situé dans la commune de Kalamu dimanche et lundi à Kinshasa.

Selon lui, ces entreprises doivent suivre les systèmes japonais et chinois pour qu’elles deviennent plus performantes et, partant compétitives. Il a fait remarquer que la réforme des sociétés de l’ Etat en cours n’a pas permis à ces dernières de sortir de la crise à cause notamment, de l’émiettement de certaines d’entre elles opérationnelles dans le domaine minier dont la Générale des carrières et des mines(GECAMINES). Il s’agit également de la privatisation de quelques ports à Matadi ayant occasionné la baisse des revenus singulièrement de la Société commerciale des transports et des ports(SCTP) suite à la création de nouveaux ports considérés comme de potentats économiques peu redevables à l’Etat. Toutes ces conséquences tirées de expériences du passé, a-t-il ajouté, ont poussé le gouvernement de l’Union sacrée de la nation (USN) de revoir les mesures qui freinent la GECAMINES et la menace de son asphyxie due à la concurrence déloyale entre les sociétés tirées d’elle d’une part, et d’autre part d’éviter de prendre en compte des projets initiés en dehors du pays en rapport avec l’essaimage des ports ou d’autres sujets économiques privés issus d’une entreprise publique en difficulté.

Il a soutenu que la privatisation conçue ailleurs n’offre souvent pas à assez des chances aux congolais qui connaissant les réalités locales dans les affaires d’en devenir acquéreurs. « Il faut donc plus restituer à l’Etat le pouvoir sur ses entreprises en vue d’en tirer au maximum du gain en cassant également l’engagement des dépenses politiques sur base de la main basse du politique sur elles », a conclu M. Danzima.

Nécessité de renforcer des mesures incitatives pour renflouer des recettes

M. Placide Maningama, chef des travaux à l’université NYMCA, a suggéré au gouvernement de l’USN de redynamiser les mesures restrictives susceptibles d’assainir les finances publiques et, par ricochet, de renflouer les recettes. A son avis, ces mesures permettront de casser les méthodes de sous paiement, des exonérations fantaisistes et des cas de fraude, ajoutant l’obligation morale pour les agents commis aux finances et à la Direction générale de migration(DGM) de lutter efficacement contre la thésaurisation des devises ainsi que leur exportation par les expatriés.

M.MANIGAMA a, de même, proposé au pouvoir exécutif du pays d’alléger les méthodes de paiement par les contribuables pour éviter leur camouflage aux régies financières, entraînant ainsi le manque à gagner au trésor public. « Il faut inculquer le civisme fiscal fréquemment aux contribuables afin de les conscientiser au patriotisme et de mettre le pays à l’abri des pertes énormes », a-t-il dit, avant de saluer les efforts du gouvernement dans la lutte contre la corruption et le coulage des recettes avec le concours de l’Inspection générale des finances et de la justice.

UNYMCA pour le renforcement des mécanismes d’amélioration de la gouvernance des entreprises


  21 Juin      1        Economy (11234),

   

Kinshasa, 21 juin 2021 (ACP).- Le chef de travaux à l’Université de l’Association chrétienne des jeunes gens-Association chrétienne féminine (UNYMCA), José Danzima, plaidé pour que le gouvernement de l’Union sacrée de la nation (USN) puisse renforcer les mécanismes d’amélioration de la gouvernance des entreprises publiques, spécialement, à propos de leur gestion.

Il a fait ce plaidoyer au cours de sa conférence sur ‘’les conditions de relance des entreprises du portefeuille de l’Etat animée à l’intention des différents corps de cet établissement d’enseignement situé dans la commune de Kalamu dimanche et lundi à Kinshasa.

Selon lui, ces entreprises doivent suivre les systèmes japonais et chinois pour qu’elles deviennent plus performantes et, partant compétitives. Il a fait remarquer que la réforme des sociétés de l’ Etat en cours n’a pas permis à ces dernières de sortir de la crise à cause notamment, de l’émiettement de certaines d’entre elles opérationnelles dans le domaine minier dont la Générale des carrières et des mines(GECAMINES). Il s’agit également de la privatisation de quelques ports à Matadi ayant occasionné la baisse des revenus singulièrement de la Société commerciale des transports et des ports(SCTP) suite à la création de nouveaux ports considérés comme de potentats économiques peu redevables à l’Etat. Toutes ces conséquences tirées de expériences du passé, a-t-il ajouté, ont poussé le gouvernement de l’Union sacrée de la nation (USN) de revoir les mesures qui freinent la GECAMINES et la menace de son asphyxie due à la concurrence déloyale entre les sociétés tirées d’elle d’une part, et d’autre part d’éviter de prendre en compte des projets initiés en dehors du pays en rapport avec l’essaimage des ports ou d’autres sujets économiques privés issus d’une entreprise publique en difficulté.

Il a soutenu que la privatisation conçue ailleurs n’offre souvent pas à assez des chances aux congolais qui connaissant les réalités locales dans les affaires d’en devenir acquéreurs. « Il faut donc plus restituer à l’Etat le pouvoir sur ses entreprises en vue d’en tirer au maximum du gain en cassant également l’engagement des dépenses politiques sur base de la main basse du politique sur elles », a conclu M. Danzima.

Nécessité de renforcer des mesures incitatives pour renflouer des recettes

M. Placide Maningama, chef des travaux à l’université NYMCA, a suggéré au gouvernement de l’USN de redynamiser les mesures restrictives susceptibles d’assainir les finances publiques et, par ricochet, de renflouer les recettes. A son avis, ces mesures permettront de casser les méthodes de sous paiement, des exonérations fantaisistes et des cas de fraude, ajoutant l’obligation morale pour les agents commis aux finances et à la Direction générale de migration(DGM) de lutter efficacement contre la thésaurisation des devises ainsi que leur exportation par les expatriés.

M.MANIGAMA a, de même, proposé au pouvoir exécutif du pays d’alléger les méthodes de paiement par les contribuables pour éviter leur camouflage aux régies financières, entraînant ainsi le manque à gagner au trésor public. « Il faut inculquer le civisme fiscal fréquemment aux contribuables afin de les conscientiser au patriotisme et de mettre le pays à l’abri des pertes énormes », a-t-il dit, avant de saluer les efforts du gouvernement dans la lutte contre la corruption et le coulage des recettes avec le concours de l’Inspection générale des finances et de la justice.

Dans la même catégorie