ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra

MAME FAMEW CAMARA EXPLIQUE L’IMPORTANCE DE LA PLACE DE LA FEMME DANS SES ŒUVRES


  23 Juin      6        Books (126),

   

Dakar, 23 juin (APS) – Mame Famew Camara dit assumer la perspective féministe de son écriture, se manifestant par la prépondérance de thématiques liées à la gent féminine, une orientation qui sera encore au cœur de son prochain roman, annonce la jeune écrivaine sénégalaise.

Celle dont le dernier recueil de poèmes « Femme d’esprit et d’espérance » a été publié en mars dernier chez L’Harmattan, constate que le thème de la femme est une thématique qui revient dans ses œuvres.

« La femme m’inspire. J’ai tellement de chose à dire sur cette divine créature qu’on la retrouve dans presque toutes mes œuvres. J’ai écrit 6 ouvrages, et je ne m’en lasse pas. Elle sera encore au cœur de mon prochain roman », a-t-elle dit dans un entretien avec l’APS.

« Je trouve que je suis une féministe car je défends les femmes et toutes mes créations sont en rapport avec la femme. Je trouve que les femmes souffrent beaucoup plus que les hommes dans les ménages et on n’en dira jamais assez, donc je fais partie de celles qui osent mener ce combat », ajoute-t-elle.

Le terme féministe « est un peu mal vu dans notre société alors qu’il n’a rien de péjoratif. Moi on m’a souvent fait le reproche de vouloir transférer des valeurs occidentales parce ce n’est pas sénégalais de voir une femme défendre ses droits », confie la poétesse et romancière, également journaliste de formation.

« La bonne femme sénégalaise elle est soumise. Mon dernier roman +Une femme roc+, est un roman féministe, qui dénonce les violences muettes vécues par les femmes dans leur ménage. D’ailleurs, il a été cité dans le dictionnaire de la langue française en ligne, dans la définition du mot polygamie », souligne-t-elle.

« Or, au Sénégal, on me disait que je défends trop la femme dans ce livre, c’est comme si les hommes sont des diables dans ce roman. Bref, c’est juste pour vous expliquer jusqu’où peuvent aller les remarques », poursuit-elle.

Mame Famew Camara est aussi revenu sur son dernier recueil « Femme d’esprit et d’espérance », un récit, précise-t-elle, « presque autobiographique ».

Cette œuvre « représente beaucoup pour moi, car c’est un recueil presque autobiographique. En effet, j’y relate une partie de mon enfance, mon amour pour la nature, l’éducation et la place que j’accorde à la femme dans ma vie ».

« Le « je » donc y occupe une place très importante », insiste-t-elle, en faisant remarquer qu’un écrivain est toujours fatalement amené à s’inspirer soit de sa société, de son entourage, soit de sa personne.

« Ici, je me suis inspirée de moi-même. J’ai parlé de thèmes qui me sont chers. C’est une première pour moi, d’habitude je m’inspire de la société, de mon environnement, et un peu de moi-même. Mais la particularité de cette œuvre c’est que tout est moi », explique-t-elle.

Dans ce recueil de 159 pages, Mame Famew Camara « dessine son jardin et invite les lecteurs à s’y promener. Avec grâce et charme, en usant de figures de style, elle étale des patelles de son quotidien dans un lyrisme teinté de lucidité », lit-on dans la quatrième de couverture.

« Dans ce recueil, ajoute-t-on, l’auteure émonde, trie et brûle ce qui ne sert à rien dans la vie. Ses poèmes dévoilent sa sensibilité, mais aussi son esprit critique, et invitent à un voyage langoureux dans la culture africaine entre hier et aujourd’hui. En somme, nous entendons ici les rêves, la nostalgie des paradis innocents, la beauté de cet être qu’est la femme, l’éducation et le charme de l’environnement ».

Mame Famew Camara fut la lauréate du prix Jeune auteur au Sénégal en 2016 et du prix Jeune auteur pour la Renaissance africaine en 2018. Elle est aussi passionnée d’arts plastiques.

Mame Famew Camara est l’auteur de 6 livres, dont « Si près, si loin », recueil de poésie publié en 2012, « Une femme roc », roman datant de 2019, mais aussi « Une flamme, une vie, une âme » (poésie, 2016).

Son dernier recueil de poésie, « Femme d’esprit et d’espérance », est sortie en mars dernier.

Dans la même catégorie