ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra

AMY MBACKÉ THIAM AUX JEUNES ATHLÈTES : « CROYEZ-EN VOUS-MÊMES ET NE VOUS FIXEZ AUCUNE LIMITE »


  24 Juin      5        Sport (5644),

   

Dakar, 24 juin (APS) – L’ancienne athlète sénégalaise Amy Mbacké Thiam, championne du monde du 400 m en 2001, appelle les jeunes sportifs sénégalais à aller au bout de leurs rêves et à ne se fixer aucune limite.

« Le sport est le terrain par excellence de concrétisation de tous les possibles », a-t-elle lancé mercredi à l’endroit des jeunes venus à sa rencontre à l’occasion de la Journée olympique dont elle était l’invitée.

« Je leur dis ne se fixer aucune limite, tout est possible dans la vie si on se donne les moyens, notamment en sport », a indiqué la native du Saloum, couronnée championne du monde du 400 m dames en 2011 à Edmonton (Canada).

Le 17 août 2001, « je m’étais dit que c’est aujourd’hui ou jamais et j’avais tout donné pour gagner cette médaille mondiale », a rappelé l’ancienne pensionnaire du Centre international d’athlétisme de Dakar (CIAD), en parlant de sa victoire à Edmonton.

Amy Mbacké Thiam avait gagné deux ans plus tard la médaille de bronze sur la même distance aux Mondiaux de Paris (France).

La désormais conseillère spéciale du chef de l’Etat a confié que le fait d’avoir vu en 1996 la Française Marie José Pérec « faire un tour d’honneur avec le drapeau national » avait créé en elle le déclic ayant conduit à sa victoire en 2001.

« Le lendemain, j’ai dit à mon entraîneur (Moussa Ndiaye) : + je ferai la même chose lors des prochaines olympiades +, il avait rigolé », se souvient l’ancienne spécialiste sénégalaise du tour de piste dames qui venait de boucler, à cette époque, sa deuxième année à Dakar en provenance de Kaolack, sa région natale.

« A cette époque, je ne faisais que 54 secondes au 400m », a révélé Amy Mbacké Thiam, devenue championne du monde en 2001 avec un chrono de 49s 86

« Pour mes premiers JO à Sydney (Australie) en 2000, je me suis arrêtée en demi-finale mais une année plus tard, j’ai décroché le titre de championne du monde’’ à Edmonton.

Il y a ensuite eu les mondiaux d’Athènes (Grèce) en 2004, lors desquelles elle souffrait des amygdales selon ses dires, alors qu’elle avait été suspendue par la Fédération sénégalaise d’athlétisme (FSA) pour ceux de Pékin, en 2008. Amy Mbacké Thiam n’a pas non plus décroché de médaille olympique.

« C’est aussi la vie mais je disais aux jeunes qu’on peut quitter le fin fond du Sénégal pour s’imposer au niveau mondial, il suffit d’y croire et de se donner les moyens », a-t-elle insisté auprès des jeunes qui n’ont pas arrêté de faire des selfies avec Amy Mbacké Thiam.

Avec la politique d’infrastructures actuellement mise en œuvre par les pouvoirs publics sénégalais et les moyens financiers injectés par les autorités pour accompagner le développement du sport, « il y a largement possibilité d’aller tutoyer les sommets », estime l’ancienne athlète.

Elle dit voir beaucoup de potentiel lors des championnats de petites catégories, mais la confirmation de ce potentiel, à court, moyen et long terme, « nécessite de la patience, de l’abnégation, des moyens et beaucoup de travail ».

Aussi l’ancienne spécialiste sénégalaise du 400 m regrette-t-elle l’impatience des jeunes et des formateurs en général.

Plus de 500 enfants ont participé mercredi à la célébration de la Journée olympique au Musée des civilisations noires, en présence du président du Comité national olympique, Mamadou Diagna Ndiaye.

S’adressant aux participants, ce dernier a déclaré que « l’idée est de faire de cette édition une occasion de prôner l’excellence, l’amitié et le respect ».

Dans la même catégorie