ACP Les ministres provinciaux de l’éducation invités à lutter contre les antivaleurs dans leurs entités ACP Sud-Kivu : 153 personnes touchées par la covid-19 en cette troisième vague ACP L’ambassadeur américain Mike Hammer visite le barrage d’Inga ACP Les journalistes de l’ACP appelés à améliorer leur rendement pour la promotion de l’agence ACP Le Président Félix Tshisekedi réitère la nécessité de travailler pour l’intérêt général ANP Célébration de la fête de Tabaski à Tahoua : Les commerçants satisfaits des retombées économiques ANP Le Premier Ministre reçoit le Représentant résident du PAM au Niger ANP Entretien entre le Premier Ministre et le tout Premier nouvel Ambassadeur des Pays Bas au Niger GNA Will Accra work again with street Hawkers? ANP Zinder : Les revendeurs ont réalisé de bonnes affaires à l’occasion de la Tabaski

KOZAH/ LITTERATURE : UN RECUEIL DE NOUVELLES « LES FEMMES SE CACHENT POUR COMMANDER » DE FERDINAND FARARA DEDICACE A KARA


  24 Juin      5        Books (126),

   

Kara, 24 juin (ATOP) – Un recueil de nouvelles « Les femmes se cachent pour commander », de Ferdinand Farara a été présenté au public le mercredi 23 juin à Kara.
Publié aux éditions L’Oracle, « Les femmes se cachent pour commander » est un ouvrage de 122 pages. Ce recueil comporte des nouvelles telles que « Bienvenue chez les Tokewaguebe », « Bonita et l’oncle prédateur » et « Pour la patrie, nous serons là ». Il montre le pouvoir ou l’influence très subtile de la femme dans la gestion des affaires de la cité.
L’œuvre retrace en substance, le vécu quotidien des couples mariés qui, à certains moments, la femme a plus d’influence que son homme et l’homme n’a plus facilement la force de passer certains messages. Elle aborde également les problématiques de l’école et ses systèmes pédagogiques, de la protection intégrée de l’écosystème, de l’inculturation, des relations internationales, ainsi que des crises géopolitiques et la recherche de la paix.
Pour l’écrivain Ferdinand Farara, le monde est en quête permanente de stabilité dans un environnement de plus en plus troublé. « Assoiffé de la restauration de l’harmonie écologique, de la justice sociale, j’ai désiré partager avec les lecteurs, les préoccupations liées au rôle discret de la femme dans les prises de décisions, les crises géopolitique, et dans l’éducation écologique », a expliqué l’auteur. Il reste convaincu que l’une de ces préoccupations retiendra l’attention des lecteurs et les interpellera pour qu’ils jouent leur partition dans la restauration de l’harmonie sociale dont la stabilité permanente incombe à tous.
Le directeur adjoint des éditions L’Oracle, Aritouka Essomanam a souligné que ce recueil de Nouvelles est un chef d’œuvre qui fait, non seulement la promotion de la femme, mais aussi aborde les thématiques essentielles pour la préservation de la vie sur terre.
Pour sa part, le directeur régional de l’Education de la Kara, Gnonegue Kodjo, représentant le préfet de la Kozah, a félicité l’auteur pour cet ouvrage, qui vient élargir le champ littéraire togolais. Il a exhorté les autorités éducatives à inscrire ces genres d’ouvrages dans le programme éducatif afin d’encourager et promouvoir les écrivains togolais.
Religieux marianiste, professeur d’allemand et directeur du collège Chaminade, Ferdinand Farara, a déjà à son actif des publications comme « Ce jour-là… », « Les hommes se cachent pour pleurer » et « Il faut sauver Pandora ».
La cérémonie de dédicace s’est déroulée en présence des amoureux des lettres, des acteurs de l’éducation de la région, des religieux, des étudiants et élèves, ainsi que des amis de l’écrivain.

Dans la même catégorie