Inforpress Representante do PNUD considera que Cabo Verde tem “desafios importantes” face à “lentidão da justiça” Inforpress Presidente do Siacsa posiciona-se contra o Orçamento do Estado para 2022 Inforpress Índice de volume de negócios aumenta em 15,9% no terceiro trimestre de 2021 face ao mesmo período de 2020 Inforpress Cabo Verde assinala Dia das Pessoas com Deficiência com Unified Sports envolvendo políticos e diplomatas Inforpress Brava: Jovem defende que investir na plantação de capim elefante diminui os efeitos da seca na criação animal  Inforpress Associação Business Angels de Cabo Verde quer fomentar sector do empreendedorismo no país AIP La CEI en campagne pour des élections sans violence AIP Le Sénat retourne une loi à l’Assemblée nationale APS OUVERTURE À DAKAR DE LA 1ERE ÉDITION DU FORUM YOUTHCONNEKT SAHEL 2021 APS MACKY SALL : « LE PONT DE ROSSO SERA UN PUISSANT TRAIT D’UNION ENTRE L’AFRIQUE DU NORD ET L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE »

Conférence internationale : Ouagadougou va réunir les scientifiques et les décideurs autour du développement (responsable)


  12 Octobre      10        Science (330),

   

Ouagadougou, 12 oct. 2021 (AIB)-La conférence internationale prévue fin novembre à Ouagadougou, va réunir les scientifiques et les décideurs afin de trouver des solutions aux problèmes nationaux, a indiqué mardi, le co-président du comité national d’organisation Lassina Zerbo.
« La conférence va réunir les scientifiques et les décideurs pour trouver des solutions aux problèmes nationaux », a indiqué mardi le co-président du comité national d’organisation Lassina Zerbo au cours de la conférence inaugurale de l’événement international.
La conférence internationale à l’initiative du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, est prévue du 29 novembre au 1er décembre 2021 à Ouagadougou, sous le thème « Nexus sciences et diplomatie : accélérer la transformation de l’Afrique par l’innovation technologique ».
Selon Dr Lassina Zerbo, par ailleurs, secrétaire exécutif émérite de l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), il est important que la conférence amène « les scientifiques qui sont reconnus à s’asseoir sur la même table avec ceux qui prennent les décisions ».
« Il faut qu’il ait un lien étroit entre la communauté scientifique et la communauté diplomatique pour amener à prendre des décisions adéquates pour faire face aux problèmes nationaux », a-t-il affirmé.
Dr Zerbo a expliqué que « cette conférence est une opportunité de renforcer l’impact de la science, de l’innovation et de la diplomatie en coopérant sur le plan sous régional, régional et international pour la transformation du Burkina Faso mais de l’Afrique ».
Il a indiqué qu’elle « sera l’opportunité de promouvoir de jeunes entrepreneurs burkinabè, des étudiants qui ont des idées ».
Il a précisé que ces derniers « vont rencontrer des gens qui ont des moyens techniques structurels et financiers avec lesquels ils vont coopérer pour faire des choses nouvelles et (cela va) permettre (aux jeunes entrepreneurs) de rentrer dans la cours des grands ».
La conférence internationale prend en compte l’aspect genre marqué à la conférence inaugurale par la présence de la représentante du Fonds des Nations Unies pour la population au Togo Josiane Yaguibou.
Selon cette dernière, la conférence est une opportunité pour les femmes de démontrer leur savoir-faire, de développer des innovations technologiques quel que soit l’âge.
Selon le conseiller spécial du président du Faso Bissiri Sirimia, président du comité national d’organisation, la conférence va essayer de poser des débuts de solutions à la complexité des problèmes de développement qui se posent.
Notamment les questions de l’eau, de l’agriculture, des changements climatiques, de sécurité, etc.
Il a soutenu que conformément aux instructions du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, initiateur de la conférence, un mécanisme de suivi des résolutions sera mis en place.
« Notre ambition est que la conférence soit suivie gratuitement partout au Burkina Faso en direct à travers notamment les téléphones. Toutes les universités seront dotées d’écrans géants pour permettre aux étudiants de suivre », a-t-il promis.

Dans la même catégorie