AIP L’AIP remporte deux prix au Grand Prix FAAPA 2021 AIP La journée de l’entreprenariat féminin célébrée à Abidjan APS LES INVESTISSEMENTS DES ENTREPRISES CHINOISES EN AFRIQUE ESTIMÉS À 43 MILLIARDS DE DOLLARS EN FIN 2020 (LIVRE BLANC) AGP Guinée/Éducation : Pierre Kolié, 5ème de la République en sciences expérimentales au bac unique session 2020 plaide pour une bourse d’études à l’étranger AGP Guinée/Transition : Compte rendu du Conseil des Ministres AIP La Côte d’Ivoire s’offre 836 400 doses de vaccin Sinopharm pour lutter contre le covid-19 AIP La Suisse et la Côte d’Ivoire signent trois accords en matière de migration à Berne AIP Plus de 200.000 orphelins du Sida attendent d’être pris en charge en Côte d’Ivoire AIP Le Festival de l’électronique et du jeu vidéo d’Abidjan innove avec les Gaming Awards ACAP Séminaire de restitution et de discussion de l’évaluation de la coopération UE-RCA 2008-2019

L’expulsion de la « rasd » de l’UA corrigera une « injustice historique » (ex-ministre comorien des AE)


  16 Octobre      7        Editor's choice (2269), Photos (3948), Politics (17315),

   

Dar-es-Salaam – L’expulsion de la pseudo « rasd » de l’Union Africaine (UA) corrigera une « injustice historique » et permettra à l’organisation panafricaine de redorer son blason et de retrouver sa crédibilité, a affirmé, samedi à Dar-es-Salaam, Fahmi Said Ibrahim, ancien ministre comorien des Affaires étrangères.

« Il est devenu nécessaire d’expulser cette entité non-étatique et non-légitime de l’UA pour corriger une injustice historique qui a discrédité notre organisation continentale. Il faut aussi faire en sorte que ce fâcheux précédent ne se reproduise plus jamais », a souligné M. Ibrahim dans une déclaration à la MAP en marge d’un séminaire régional sous le thème « L’impératif de la relance post-covid : Comment la résolution de la question du Sahara peut-elle renforcer la stabilité et l’intégration de l’Afrique ».

Pour l’ex chef de la diplomatie comorienne, l’expulsion de la « rasd » de l’UA apportera une « contribution majeure » au règlement de la question du Sahara en renforçant la neutralité de l’organisation panafricaine dans ce conflit artificiel.

Une instance régionale neutre n’est pas habilitée à s’ériger en sujet de droit international s’accordant la prérogative de décider du statut étatique d’une entité non reconnue comme telle par l’ONU, et qui ne possède aucun des attributs propres à un Etat indépendant et souverain, a-t-il fait observer.

Abordant les éléments historiques qui prouvent la marocanité du Sahara, M. Ibrahim a fait valoir que divers documents juridiques, dont certains datant du XVIIè siècle, présentés à la Cour Internationale de Justice, confirment l’existence d’un lien de souveraineté incontestable et constant du Maroc sur le Sahara.

Et d’ajouter que le règlement de ce conflit régional favorisera indubitablement l’unité et l’intégration socio-économique de l’Afrique ainsi que le renforcement de la coopération entre les différents blocs régionaux du Continent.

Dans la même catégorie