GNA NASPA launches 12th annual terminal congress in Takoradi GNA Corruption: Let’s stand for our values – Emile Short GNA Ghana welcomes World Bank’s new education strategy for Western and Central Africa GNA African governments asked to increase funding to overcome learning poverty GNA 56 to participate in Carnegie African Diaspora Fellowship Program GNA 67 BRCs launched to support MSMEs GNA Evelyn Andoh, 63, wins ultimate prize for the Gold in the Oil Awards NAN Super Falcons arrive in Rabat for final preparation ahead of 12th WAFCON LINA Gov’t Makes Gains In Infrastructure, As President Weah Dedicates NAN Bulgaria mulls another sports cooperation with Nigeria, says

VERS LA CRÉATION D’UN CENTRE NATIONAL DE CINÉMATOGRAPHIE (OFFICIEL


  28 Octobre      20        Cinema (104),

   

Dakar, 27 oct (APS) – Le président de la République, Macky Sall, a demandé mercredi au gouvernement de travailler à la création d’un centre national de cinématographie et de continuer à renforcer les ressources budgétaires allouées au Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle, a-t-on appris de source officielle.

Macky Sall, présidant le même jour la réunion du Conseil des ministres, a invité le ministre des Finances et du Budget, « à renforcer en continu les ressources budgétaires exceptionnelles (2 milliards de francs CFA en 2022 contre 1 milliard en 2021) allouées au FOPICA (Fonds de Promotion de l’Industrie cinématographique et audiovisuelle) ».

Il a également invité son collègue chargé de la Culture et de la Communication, ainsi que celui de la Coopération, à travailler « à la création prochaine, d’un centre national de cinématographie », rapporte le communiqué du Conseil des ministres.

Se félicitant de « la participation honorable du Sénégal » à la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), tenue du 16 au 23 octobre et dont il était le « pays invité d’honneur », Macky Sall a demandé aux acteurs concernés de travailler « à la mise en place d’une véritable industrie cinématographique » sénégalaise, « en exploitant au mieux nos langues nationales, nos valeurs et potentialités culturelles, touristiques, historiques et artistiques ».

De même a-t-il salué « les avancées significatives réalisées par le 7e art sénégalais depuis quelques années » et demandé au ministre chargé de la Culture, « de procéder à une évaluation prospective de la politique du cinéma sénégalais dans l’ensemble de ses volets (formation, production, financement, distribution, etc.), avec une attention particulière à la préservation des droits d’auteurs et à une rémunération juste et équitable de nos acteurs, comédiens, techniciens, producteurs et réalisateurs ».

Dans la même catégorie