APS Le maire de Jacqueville offre l’émission « Bonjour 2022 » à sa population AIP Quelque 2000 kits scolaires à des écoliers à Biankouma APS DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SALUENT LE « DÉROULEMENT APAISÉ » DU SCRUTIN AGP Dubreka-Justice : Rencontre avec les officiers de la police judiciaire APS SAINT-LOUIS : MANSOUR FAYE ET ABBA MBAYE SE DÉTACHENT APS LOUGA : LE SCRUTIN PROLONGÉ DANS PLUSIEURS CENTRES DE VOTE AIP Bilan approuvé des 10 années d’exercice de l’ONG Charité Vie à San Pedro AIP Aboisso, capitale du rire pour quelques heures avec Bonjour 2022 MAP Le variant Omicron pourrait rapprocher la fin de la pandémie en Europe (OMS) MAP Football : L’Afrique du Sud affrontera la France en mars dans un match amical (Entraineur)

Plus de 200.000 orphelins du Sida attendent d’être pris en charge en Côte d’Ivoire


  27 Novembre      12        LeaderShip Feminin (11047),

   

Yamoussoukro , 27 nov 2021 (AIP) – Un peu plus de 200.000 orphelins et enfants vulnérables attendent d’être pris en compte dans la stratégie nationale de prise en charge au moment où plusieurs partenaires au développement ont cessé leurs appuis financiers au programme national de prise en charge des orphelins et autres enfants rendus vulnérables du fait du Vih/Sida (PEN-OEV).

«Il faut tenir compte de nos réalités et changer de stratégie. Nous pouvons nous appuyer par exemple sur les collectivités locales, sur les régions, les mairies, sur les personnes ou les entreprises », suggère la directrice du programme, Dr Solange Améthier qui lève ainsi un coin de voile sur les recommandations de l’atelier bilan qui s’est achevé jeudi 25 novembre 2021 à Yamoussoukro.

Il y a quelques années l’on estimait le nombre des OEV à plus de 479.000 et «aujourd’hui nous avons pu prendre en charge environ 197.000», soutient-elle.

Selon elle, pour véritablement éradiquer cette maladie il faut prendre en compte en plus des adultes et des enfants, les adolescents.

A ceux-là notamment il faut savoir annoncer leur statut et les convaincre de prendre les ARV (antirétroviraux) car « si nous ne faisons rien pour les adolescents le VIH ne pourra pas finir ».

L’atelier bilan du PN-OEV a réuni les autorités au niveau central du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, du ministère de l’Emploi et de la protection sociale et toutes autres parties prenantes clés dans le domaine.

Au nom de l’ensemble des partenaires, le représentant du Pepfar , Trika Joseph s’est réjoui de l’organisation de la rencontre avec le seul financement de la partie ivoirienne car la pérennisation a toujours été le souhait de son organisation.

«Nous sommes toujours aux côtés du gouvernement de Côte d’Ivoire pour apporter l’appui qui peut être technique et nous pensons que cet appui technique est important», a assuré M.Trika.

Dans la même catégorie