AGP Guinée-Sénégal CAN 2021 : Kaba Diawara satisfait et promet de se remettre au travail pour les prochains matchs AGP Conakry/Société : Des kits socioprofessionnels pour 19 enfants en situation de vulnérabilité AGP Kankan-Justice : Passation entre les procureurs entrant et sortant au tribunal de 1ère instance AGP Guinée : Les opérateurs économiques reçus par le président de la transition GNA Ecotoursim contributes $1.2 billion to GDP in 2020 GNA Venture Capital Trust Fund invest in more than 60 companies GNA Reinstate GN Bank’s license-PPP appeals to President Akufo-Addo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La pisciculture et ses infrastructures expliquées aux élèves de Tiébissou et de Didiévi AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les résultats des concours administratifs des 20 et 21 novembre seront disponibles le 18 janvier 2022 (Ministère) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La caravane humoristique « Bonjour 2022 » fait bientôt escale à Danané

Mansour faye déplore « la volonté délibérée du custrs de ne pas négocier


  3 Décembre      10        Economy (12223),

   

Dakar, 3 déc (APS) – Le ministre des Transports a déploré la volonté délibérée du Cadre unitaire des syndicats des transports routiers du Sénégal (CUSTRS), en grève depuis mercredi, de ne pas négocier avec le gouvernement.

Le transport au Sénégal est paralysé depuis trois jours à cause d’une grève du CUSTRS, qui exige des autorités la satisfaction de 11 points de revendication dont la fin des ‘’tracasseries de la police, de la gendarmerie, des douanes’’.

Les transporteurs demandent aussi à l’Etat de mettre fin à la pratique du ‘’transport clandestin’’ par des propriétaires de véhicules particuliers.

Le Cadre unitaire des syndicats des transports routiers du Sénégal proteste ainsi également contre ‘’la cherté de la carte grise et le relèvement de l’âge légal pour l’obtention du permis de conduire, de 23 à 30 ans’’.

« Le gouvernement constate, pour le déplorer, la volonté délibérée du Cadre de ne pas entamer les négociations’’, a déclaré jeudi soir Mansour Faye, lors d’une conférence de presse.

Il a rappelé que mercredi, une rencontre a eu lieu entre les représentants du ministère des Transports et ceux du Cadre. Une réunion au terme de laquelle ’’il a été convenu que les parties se retrouvent ce jeudi’’.

Le jour du rendez-vous, « il a été décidé de commun accord de se retrouver à 13H30 ; à 15H, après deux heures d’attente, les membres du CUSTRS m’ont notifié leur décision de ne pas se présenter à la réunion’’, a expliqué Mansour Faye.

Il indique qu’ »ils ont exigé avant de se présenter à toute réunion la présence de tous les autres ministres dont les départements sont concernés (ministre de l’Intérieur, ministre des Forces Armées, ministre des Finances et du Budget, ministre de l’Environnement et du Développement durable, ministre des Collectivités Territoriales et ministre du Travail)’’.

Mansour Faye a rappelé que le 1er décembre, « dès la sortie du Conseil des ministres, les ministres concernés par les différents points de la plateforme revendicative se sont réunis’’.

A l’issue de cette réunion, dit-il, « plusieurs propositions concrètes ont été retenues, que le ministre des Transports terrestres est chargé d’exposer aux membres du Cadre’’.

« Trois postes de contrôle routier seront mis en fonction par corridor routier. D’ailleurs, cette mesure a déjà commencé à être appliquée. Un arrêté interministériel est en cours d’élaboration pour rendre effective cette décision du Gouvernement’’, a-t-il signalé.

Selon lui, ’’l’Etat est contre toute forme de concurrence déloyale, il combat tous les jours le transport irrégulier et illégal au regard de la réglementation en vigueur’’.

Il a assuré que des rencontres avec les ministères en charge des Forces Armées, de la Justice et de l’Intérieur pour « l’intensification de la lutte contre le transport illégal et irrégulier sont en cours’’.

A propos du contrôle de la charge à l’essieu, il a assuré que « l’Etat respecte la feuille de route de l’UEMOA issue de la réunion des ministres en charge des Infrastructures et des Transports routiers, tenue le 19 septembre 2019 à Dakar’’.

Selon lui, « l’enjeu pour le Sénégal consiste à préserver le patrimoine routier pour lequel des investissements financiers très importants sont [consentis] chaque année, en termes de construction et de réhabilitation’’.

Le ministre a indiqué que le gouvernement du Sénégal « est sensible aux nombreux désagréments subis par les populations’’.

« Il s’agit par exemple des personnes qui n’ont pas pu effectuer des déplacements pour leurs activités professionnelles ; des élèves et étudiants qui n’ont pu accéder à leurs écoles ; de malades qui n’ont pu rejoindre leurs lieux de soins ; des ménagères qui ont éprouvé des difficultés pour s’approvisionner dans les marchés ; des commerçants qui sont dans l’incapacité d’acquérir des marchandises ; etc. La liste est loin d’être exhaustive !’’, a-t-il précisé.

En somme, il affirme que « le Gouvernement regrette les lourdes conséquences engendrées par la grève des transporteurs sur l’économie nationale’’.

Mansour Faye a exprimé la solidarité des pouvoirs publics « aux usagers dont les activités économiques et sociales sont impactées négativement par cette grève’’.

Il souligne que le gouvernement « rappelle sa constante préoccupation de préserver l’ordre public’’ et ’’condamne fermement les violences commises contre certains acteurs qui veulent exercer leur droit au travail’’.

Selon lui, toutes les autorités administratives déconcentrées compétentes (gouverneur, préfet, sous-préfet), les responsables de défense et de sécurité ont été engagés à « prendre toutes les dispositions nécessaires aux fins de permettre à tous les citoyens de vaquer à leurs occupations, en toute liberté et sécurité’’.

« L’Etat prendra toutes ses dispositions, conformément aux lois et règlements en vigueur pour faciliter le déplacement des biens et des personnes’’, a-t-il dit.

Dans la même catégorie