GNA Regulate the usage of ‘second-hand’ LPG cylinders – Otu Larbi GNA Fire sweeps through over 15 shops, houses at Tema Community Two GNA Ghanaians should condemn hate speech within media space GNA PAC bemoans practice by some state institutions to falsify, backdate receipt GNA 37 Military Hospital opens new 300-bed quarters for young soldiers GNA Repatriated foreign beggars return to Kumasi streets GNA Road crashes reduced by 44 per cent in Upper West GNA Andre Ayew signs short-term deal with Nottingham Forest MAP Davis Cup/World Group II: Morocco to Face Côte d’Ivoire on February 4-5 in Abidjan GNA No Ministry has been created for pensions – Ministry of Employment and Labour

Des victimes des médicaments anti-Sida de Jammeh portent plainte


Abidjan, 1er juin (AIP)-Trois personnes, ayant consommé les produits contre le sida, inventés par Yahya Jammeh, ont porté plainte, annonce l’ONG américaine « AIDS-Free World ».

Ils exigent des dommages et intérêts à l’ancien président gambien, a rapporté, jeudi ,la chaine d’informations Africanews.

Il y a près de 10 ans,  Yahya Jammeh disait à qui voulait l’entendre avoir inventé un médicament contre le VIH/Sida. En 2007, il mit en place un ambitieux programme de lutte contre la maladie destiné à utiliser sa trouvaille « scientifique ». Un programme auquel tout séropositif gambien devait obligatoirement adhérer au détriment des antirétroviraux de l’OMS.

Seulement voilà. L’invention du « Docteur » Jammeh n’a pas marché. Les patients ont ressenti plusieurs effets indésirables dont des vomissements. Et à mesure que s’écoulait le temps, la santé des patients de Jammeh ne faisait que se détériorer au point que nombreux d’entre eux ont fini par mourir, assurent leurs proches.

Mais, selon les victimes, les gens avaient peur de critiquer le président lorsqu’il était au pouvoir. Les médecins et les patients étaient obligés de reconnaître que ses médicaments fonctionnaient.

Et d’après ONUSIDA, le programme de l’ancien président a entravé le travail de l’organisation de lutte contre le VIH/Sida en Gambie. Il a également aggravé la stigmatisation des personnes séropositives et les a privées de leur dignité, ont déclaré les survivants.

« Parfois, Jammeh les traitait à visage découvert lors des séances diffusées à la télévision. Ils ont perdu leur travail et ont lutté pour louer des maisons puisque leurs visages étaient reconnaissables », ont confié les victimes à la Fondation Thomson Reuters.

Des préjudices pour lesquels les victimes veulent obtenir des réparations. Parmi elles, Ousman Sowe, Lamin Ceesay et Fatou Jatta. Ces derniers entendent désormais porter plainte.

« Je crois qu’il est de ma responsabilité de demander des comptes à Jammeh. Je savais qu’un jour la vraie histoire serait racontée », déclare Sowe, un ancien professeur d’université, la soixantaine révolue. « Jammeh doit payer pour ce qu’il nous a fait », a déclaré Ceesay.

sdaf/fmo

Dans la même catégorie