MAP Morocco’s Lower House Speaker Meets with Zambia’s National Assembly Delegation MAP U17 UNAF Tournament: Morocco, Libya Draw 1-1 Map Morocco Participates in High-Level African Counter-Terrorism Meeting in Abuja GNA Expand tourism beyond attractions and promote culture and customs- Yejimanhene GNA Government to consolidate cash waterfall revenue collection accounts GNA Cedi to bounce back to appreciating trajectory soon – Fitch Solutions GNA Kayoyi Ltd begins operations in Ghana GNA PFJ phase II aim at improving agricultural resilience, boost food security GNA Ghana leads Consultative International Cashew Council  GNA Debt Restructuring: Government to reach agreement with IPPs in May

Des victimes des médicaments anti-Sida de Jammeh portent plainte


   

Abidjan, 1er juin (AIP)-Trois personnes, ayant consommé les produits contre le sida, inventés par Yahya Jammeh, ont porté plainte, annonce l’ONG américaine « AIDS-Free World ».

Ils exigent des dommages et intérêts à l’ancien président gambien, a rapporté, jeudi ,la chaine d’informations Africanews.

Il y a près de 10 ans,  Yahya Jammeh disait à qui voulait l’entendre avoir inventé un médicament contre le VIH/Sida. En 2007, il mit en place un ambitieux programme de lutte contre la maladie destiné à utiliser sa trouvaille « scientifique ». Un programme auquel tout séropositif gambien devait obligatoirement adhérer au détriment des antirétroviraux de l’OMS.

Seulement voilà. L’invention du « Docteur » Jammeh n’a pas marché. Les patients ont ressenti plusieurs effets indésirables dont des vomissements. Et à mesure que s’écoulait le temps, la santé des patients de Jammeh ne faisait que se détériorer au point que nombreux d’entre eux ont fini par mourir, assurent leurs proches.

Mais, selon les victimes, les gens avaient peur de critiquer le président lorsqu’il était au pouvoir. Les médecins et les patients étaient obligés de reconnaître que ses médicaments fonctionnaient.

Et d’après ONUSIDA, le programme de l’ancien président a entravé le travail de l’organisation de lutte contre le VIH/Sida en Gambie. Il a également aggravé la stigmatisation des personnes séropositives et les a privées de leur dignité, ont déclaré les survivants.

« Parfois, Jammeh les traitait à visage découvert lors des séances diffusées à la télévision. Ils ont perdu leur travail et ont lutté pour louer des maisons puisque leurs visages étaient reconnaissables », ont confié les victimes à la Fondation Thomson Reuters.

Des préjudices pour lesquels les victimes veulent obtenir des réparations. Parmi elles, Ousman Sowe, Lamin Ceesay et Fatou Jatta. Ces derniers entendent désormais porter plainte.

« Je crois qu’il est de ma responsabilité de demander des comptes à Jammeh. Je savais qu’un jour la vraie histoire serait racontée », déclare Sowe, un ancien professeur d’université, la soixantaine révolue. « Jammeh doit payer pour ce qu’il nous a fait », a déclaré Ceesay.

sdaf/fmo

Dans la même catégorie