MAP Africa Day: Nigeria-Morocco Gas Pipeline & Atlantic Initiative, Cornerstones of Strategic, Solidarity-Based Cooperation in Africa (Diplomat) MAP Basketball: Morocco, Gabon Set to Promote Cooperation MAP Morocco, Gabon Ink Partnership Agreement in Sports Training GNA Anloga District Football Association launches 2023-2024 Colts League GNA CAA Region II Athletics Championship: Ghana gears up for thrilling showdown in Accra GNA Laryea Kingston sends heartfelt apology to GFA over resignation brouhaha GNA GPL: Kotoko, Great Olympics match moved following closure of Baba Yara Sports Stadium GNA Former Kotoko goalie set to quit ASAS of Djibouti GNA Commey cruises on at World Olympic Qualifiers in Bangkok GNA MOYS congratulates Black Challenge for winning AAFCON

“L’être humain doit regarder en arrière et voir où il était le plus “bête possible” – Mário Lúcio


  5 Décembre      12        Arts & Cultures (1944), Music (355),

   

Praia, 05 déc (Inforpress) – Mário Lúcio Sousa, Chanteur, compositeur et écrivain, a défendu l’idée que l’homme devrait regarder en arrière et voir où il était le plus “bête possible”.
Mário Lúcio, ancien ministre de la Culture de Cabo Verde, a défendu cette position mardi dans des déclarations à la presse, juste avant la présentation de son ouvrage littéraire “O Diabo foi meu Padeiro” (Le diable était mon boulanger), ce mardi à Praia.
Mário Lúcio contribue à la compréhension de l’histoire tragique du camp de concentration de Tarrafal, où passèrent plusieurs générations de résistants d’antifascistes portugais et de nationalistes africains, y compris des capverdiens.
Edité par Dom Quixote, groupe Leya, cet ouvrage marque le 45ème anniversaire de la fermeture du camp de concentration de Tarrafal, aujourd’hui transformé en musée de la résistance.
«J’ai senti, sans aucune vanité, que j’avais apporté ma contribution, c’était aussi une expérience pour moi. C’est comme prendre beaucoup de livres d’histoire et écrire un livre de synthèse», a déclaré Mário Lúcio, en ajoutant que ce roman raconte l’histoire du camp de concentration de Tarrafal de 1936 à 1974.
Toujours dans ses déclarations, l’auteur a reconnu qu’il y avait un souci de préserver le bâtiment et la mémoire y existent.
GSF/JMV/AST

Dans la même catégorie