MAP Africa Day: Nigeria-Morocco Gas Pipeline & Atlantic Initiative, Cornerstones of Strategic, Solidarity-Based Cooperation in Africa (Diplomat) MAP Basketball: Morocco, Gabon Set to Promote Cooperation MAP Morocco, Gabon Ink Partnership Agreement in Sports Training GNA Anloga District Football Association launches 2023-2024 Colts League GNA CAA Region II Athletics Championship: Ghana gears up for thrilling showdown in Accra GNA Laryea Kingston sends heartfelt apology to GFA over resignation brouhaha GNA GPL: Kotoko, Great Olympics match moved following closure of Baba Yara Sports Stadium GNA Former Kotoko goalie set to quit ASAS of Djibouti GNA Commey cruises on at World Olympic Qualifiers in Bangkok GNA MOYS congratulates Black Challenge for winning AAFCON

Musique : Général Tchefary prône en single des « Elections sans sang »


  8 Septembre      21        Music (355),

   

Abidjan, 08 sept (AIP)- « Donne-moi des urnes et non des armes, donne-moi des bulletins et non des balles… je veux voter, je ne veux tuer…. pas mourir» : avec verbe franc porté par une belle mélodie, le reggaeman ivoirien Général Tchefary lance depuis les USA, à travers un single intitulé « Elections sans sang », un appel à des « élections sans violences» en Côte d’Ivoire.

« Koni damina na tougouni (Et ça recommence ! ) », entonne à répétition l’artiste en refrain, en langue Malinké. De quoi exprimer tout la crainte que lui inspire un remake des années de crises socio-politiques dans son pays avec les élections générales qui pointent à l’horizon.

Cet album «ne soutient aucun camp politique. C’est un bien patriotique, une chanson faite par l’ivoirien pour l’ivoirien. Un bien commun, une chanson pour les pro-Côte d’Ivoire, pour les amoureux de la paix, de la stabilité et de la cohésion sociale », tient-il à préciser dans une note transmise le mardi 08 septembre 2020 à l’AIP.

Le tube en lui-même, qui réconcilie les mélomanes avec le reggae rock des années 80-90, est une véritable exhortation à la retenue face aux « manipulations politiciennes ».

« Djaaa le jeune chrétien-là, c’est mon frère ; la go musulmane-là, c’est ma sœur ; le jeune bouddhiste, c’est aussi mon frère », fredonne Tchêfary de sa voix vibrante, estimant que « notre bien le plus précieux reste l’unité nationale ».

Le chanteur ivoirien qui réside depuis quelques années à Tucson au Etats-Unis, dit vouloir dans cette chanson exprimer tout son attachement à sa mère patrie la Côte d’Ivoire; Un pays qui vient de se remettre d’une grave crise postélectorale intervenue en 2010-2011, et « qui n’a pas le droit de trébucher à nouveau ».

« Moi, quand je vois un Ivoirien, je vois un frère. Peu importe sa région ou sa religion, il est mon frère », affirme l’artiste.

« Elections sans sang » de Général Tchèfary est soutenu par un clip vidéo disponible en libre accès sur le net.

Dans la même catégorie