MAP Hundreds of Endangered Tortoises Seized in Anti-Trafficking Operation in Madagascar GNA Baba Yara Sports Stadium to host Ghana’s Fastest GNA Zinabu Issah picks Paris 2024 Paralympic Games slot GNA Agrihouse Foundation launches Women in Agribusiness training and awards GNA Minister of Education awarded for transforming education GNA 2024 elections should put confidence in economy – Prof Bokpin tells EC GNA Forestry manager advocates investment in commercial tree planting MAP Cameroon: Policeman Killed, Four Wounded in Boko Haram Attack MAP Morocco Ready to Broaden Cooperation Areas with Madagascar, Says FM MAP Malagasy FM Calls Morocco, Madagascar ‘Fraternal Nations and Peoples’

Proposition du Budget de l’État avec une augmentation de 4,5 milliards


  31 Octobre      14        Economy (15333),

   

Luanda, 31 octobre (Angop) – L’Exécutif a remis mercredi à l’Assemblée nationale la proposition du Budget Général de l’Etat (OGE, sigle en portugais) pour 2020 prévoyant des dépenses et des revenus de 15 875 610 485 070,00 kwanzas (quinze billions cent soixante-quinze milliards et six cent soixante millions, quatre cent quatre vingt cinq mille soixante-dix), ce qui représente plus 4,5 milliards par rapport à l’OGE / 2019.

Entre autres choses, le budget donne la priorité à l’assainissement budgétaire, en mettant un accent particulier sur le contrôle de la dette et la relance de l’activité économique.

Le président de l’Assemblée nationale, Fernando da Piedade Dias dos Santos, a reçu le document du ministre d’État chargé de la Coordination économique, Manuel Nunes Júnior, accompagné de la ministre des Finances, Vera Daves, parmi d’autres membres de l’Exécutif et conseillers du Président de la République.

A l’occasion, Manuel Nunes a déclaré qu’en 2018, le solde global des règlements de la dette publique avait enregistré un excédent budgétaire de 2,2% du PIB et atteint 1,3% au premier semestre de cette année, contrebalançant la tendance négative qui atteignait 90% depuis 2014.

Il prévoit, d’ici 2020, un bond positif de 1,2% du PIB, qui constitue le moyen le plus sûr de sortir du «piège de la dette», qui oblige généralement le pays à s’endetter pour rembourser sa dette, maintenant ainsi la trajectoire de l’excédent de 2018.

Le ministre d’État prévoit avec le budget de l’État pour 2020 une reprise de la croissance économique de l’ordre de 1,8%, dans laquelle le secteur non pétrolier connaîtra une augmentation de 1,9%, l’accent étant mis sur les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de la fabrication, de manière à inverser les résultats négatifs enregistrés depuis 2016.

Il juge essentiel d’assurer la croissance économique pour la création d’emplois, d’augmenter le revenu et le bien-être des populations.

Pour sa part, la ministre des Finances, Vera Daves, a déclaré que les ressources totales en revenus et en dépenses de plus de 15 billions de kwanzas représentent un excédent pour éviter un futur endettement.

Elle a indiqué que le budget de l’État avait pour référence le baril à 55 dollars, afin de compenser la volatilité éventuelle en tenant compte des perspectives d’évolution du marché mondial du pétrole.

La gouvernante a souligné le fait que le projet de budget de l’Etat pour l’année prochaine soit supérieur au budget révisé de 2019, afin de garantir qu’une partie considérable soit consacrée à l’amortissement de la dette publique et à l’augmentation du stock, sans négliger toutes les autres dépenses sociales.

« Ce n’est pas encore l’OGE souhaité, mais mieux car il propose d’assurer l’assainissement budgétaire et la croissance économique, dans un environnement d’inflation anticipée de 24,3%, principalement en raison des ajustements tarifaires en cours », a-t-elle poursuivi.

La ministre des Finances a affirmé que 40,7% du montant total du budget de l’État étaient destinés au secteur social, contre 39,8% du budget actuel.

Ruth Mendes, présidente de la commission de l’économie et des finances du Parlement, a informé que le budget de l’État pour 2020 pourrait être approuvé en général le 8 novembre.

Dans la même catégorie


Choix de l’éditeur