- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Dubréka-Religion : La fête de Tabaski célébrée dans un climat de parfaite harmonie

Conakry – C’est dans un climat de parfaite harmonie et de fraternité que les populations de Dubréka ont célébré vendredi, 31 juillet 2020 la fête de tabaski. Ce fut une grande retrouvaille entre fils résidents et ressortissants qui ont partagé cet instant de joie religieuse.

Le port obligatoire des bavettes, le lavage des mains et le respect de la distanciation sociale, c’est dans ces conditions que les prières se sont déroulées sur les différents lieux de prière en ce jour de célébration de la fête de tabaski (L’aïd al Adha).

Au nombre des lieux de prière, il y a la grande mosquée du centre-ville de Dubréka, où les autorités locales se sont acquittées de leurs obligations religieuses. Dans ce temple de Dieu, la prière a été dirigée par le grand Imam de Dubréka, El hadj Aboubacar Ousmane CONTE.

Après les 2 rakats traditionnelles, l’imam Elh. Aboubacar Ousmane CONTE a rappelé dans son sermon l’importance et les pratiques religieuses à accomplir à l’occasion de cette grande fête musulmane. Notamment l’immolation d’un bélier ou de tout autre animal conseillé en guise de sacrifice, recommandé aux personnes qui en ont les possibilités.
Poursuivant son sermon, l’imam a invité de mettre par-dessus tout, l’intérêt collectif utile au développement et à la prospérité. De privilégier l’entente, la paix et l’amour du prochain. Il a invité les riches à penser et aider les nécessiteux, seule manière de renforcer la parenté et les relations sociales.

S’inscrivant dans la logique de la pandémie de coronavirus qui a fait et continue de faire des victimes par milliers à travers le monde, l’imam a loué l’immensité et la puissance divine avant de demander à Allah de nous pardonner si ce que l’humanité est en train de subir est une punition divine ou une conséquence de nos péchés antérieurs.
Pour terminer, il a invité tous au respect des mesures édictées par les autorités sanitaires car dit-il, Dieu lui-même conseille, qu’il vaut mieux prévenir que de guérir une maladie.