- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Tourisme / Le mausolée du héros national Saka Yérima inauguré à Yariyo (Pèrèrè)

Porto-Novo, 10 Fév. 2021 (ABP) – La mairie de Pèrèrè avec à sa tête le maire Abdoulaye Alassane Nouhoun, a mis officiellement en service ce lundi, le mausolée du héros national Saka Yérima à Yariyo, une localité située à 04 km de Worokpo dans l’arrondissement central de Pèrèrè, a constaté sur place l’Agence Bénin Presse.
La mairie de Pèrèrè, précise-t-on, a réalisé ce joyaux à un coût global de 25 millions 064 mille 363 FCFA, à travers le fonds d’aide au développement des communes ( FADeC) Tourisme, sous financement du gouvernement, en vue d’honorer la mémoire de ce fils de Pèrèrè.
Prince guerrier du Baru Tem, raconte-t-on, Saka Yérima, a été le premier héros de l’histoire du Borgou à lever une armée de soldats équipés de flèches et à bâtir un fortin au nord de Pèrèrè, pour lutter farouchement contre les salves de l’invasion coloniale française en pays Baatombu. Un exploit réalisé vingt ans avant l’épopée Bio Guerra, a-t-on soutenu.
«Un héros, ironie du sort, ou volonté délibérée, est tombé dans l’oubli, parce que pas suffisamment cité, enseigné, à l’instar de Gbêhanzin, Bio Guerra, Kaba, Samory Touré, El Hadj Omar et autres résistants à la pénétration française en Afrique Occidentale», a-t-on souligné. Et pourtant, renseigne-t-on, Saka Yérima, fils de Worou Kassakpérégui un puissant roi Baatombu, redoutable meneur d’hommes tout aussi vaillants, a posé tellement de difficultés à l’armée coloniale dans les localités de Tamason, Bonnuki, Yariyo Bansu, que pour le défaire, il a fallu faire appel à un renfort de soldats de l’empire colonial français, convoyés depuis la Guinée-Conakry, pour venir appuyer le dispositif militaire présent en pays Baatombu.
Saka Yérima, tomba sous les tirs de l’armée coloniale française, le jeudi 31 décembre 1897, aux environs de 10 heures, en même temps que sa femme qui est aujourd’hui considérée à Pèrèrè comme une héroïne, symbole de dévouement de la femme Baatombu pour son mari, jusqu’au sacrifice suprême, a-t-on appris.