MAP Le Nigeria signale 22 cas mortels de diphtérie depuis décembre 2022 MAP Nouakchott abrite fin février le Forum économique maroco-mauritanien MAP Côte d’Ivoire-Maroc : Une coopération excellente et une symbiose absolument parfaite entre les diplomaties des deux pays (diplomate) MAP Coupe Davis/Groupe Mondial II : Le Maroc affronte la Côte d’Ivoire les 4 et 5 février à Abidjan MAP Le Pape François condamne de « cruelles atrocités » en RDC « qui couvrent l’humanité de honte » ACP Kibali Gold Mine paie 1,2 milliard USD des taxes et redevances en 2022 ACP La RDC et le Congo Brazzaville pour la valorisation de leurs patrimoines touristiques ACP Classement « Transparency International » : la RDC gagne trois points dans la lutte anticorruption ACP La chine conserve la place du premier investisseur étranger en RDC ANP Niger : Une délégation de ministres Néerlandais au Cabinet du Président de la République

Abidjan abrite des réflexions sur la cybersécurité dans l’espace CEDEAO


  28 Septembre      127        Securité (2413), Technologie (777),

   

Abidjan, 28 sept 2021 (AIP) – Le ministre ivoirien de l’Economie numérique, des Télécommunications et de l’Innovation, Roger Félix Adom a procédé, mardi 28 septembre 2021 à Abidjan, à l’ouverture officielle d’un symposium sur la cybersécuté dans la sous-région ouest-africaine.

Organisé à l’hôtel Noom, au Plateau, cette activité de trois jours s’inscrit dans le cadre du projet OCWAR-C (Crime organisé: réponse de l’Afrique de l’ouest sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité), initié par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), avec le soutien de l’Union européenne (UE).

En procédant à l’ouverture des travaux, le ministre Adom a rappelé la mission dévolue à son département, notamment lutter contre la fracture numérique et garantir la sécurité numérique. Il a énuméré « l’arsenal juridique et institutionnel » adopté par la Côte d’Ivoire depuis 2013 de même que les structures créées depuis 2011 dans cette optique.

Quant à l’ambassadeur de l’UE en Côte d’Ivoire, Jobst von Kirchmann, il a souligné l’apport de cette communauté à la lutte contre la cybercriminalité dans l’espace ouest-africain (CEDEAO + Mauritanie). D’un coût de huit milliards d’euros, cette contribution concerne toutes formes de criminalité organisée (OCWAR-C, Cybercriminalité; OCWAR-T, Trafic; OCWAR-M, Blanchiment d’argent).

« La criminalité organisée nuit aux États. Son impact est le même que les conflits dans les pays », a expliqué le diplomate. La lutte contre ce « fléau mondial » ne doit pas se faire uniquement par l’UE, a-t-il signifié, se réjouissant du fait que la CEDEAO ait pris l’initiative de mettre en place un cyber espace bénéfique pour tout le monde. C’est pourquoi, il a exhorté les États à mettre en place les budgets conséquents pour assurer la sécurité du cyber espace et des infrastructures idoines.

Auparavant, la coordonnatrice de OCWAR-C, Rabiyatou Bah, a situé l’objectif du symposium. Il vise pour les États concernés à faire l’état d’avancement du projet, à partager les expériences ainsi qu’à faire des propositions et des suggestions pour y améliorer la cybersécurité.

Selon le représentant de la CEDEAO, Raphaël Koffi, OCWAR-C a été initié par cette organisation, en appui avec l’UE, en vue d’apporter une réponse aux cyber attaques, dans une démarche holistique. L’agence d’exécution du projet est Expertise France.

Dans la même catégorie