APS KOLDA : LE VOTE SE POURSUIT DANS LE CALME ET LA SÉRÉNITÉ APS PARCELLES ASSAINIES : LES COUACS NE VONT PAS EMPÊCHER LES POPULATIONS DE VOTER, SELON LE LEADER DE YAW APS DES FILES D’ATTENTE AU CENTRE DE VOTE DU LYCÉE LIMAMOULAYE DE GUÉDIAWAYE APS MATAM : UN TAUX DE PARTICIPATION DE 15, 54 % DANS LES BUREAUX-TÉMOINS À 12 HEURES APS UN VOTE DANS UN ’’ENVIRONNEMENT PACIFIQUE’’ MALGRÉ CERTAINS RETARDS À L’OUVERTURE DES BUREAUX (OBSERVATEURS) APS ZAHRA IYANE THIAM APPELLE À LA « PAIX » ET À LA « SÉRÉNITÉ » AIP Le nouveau comité directeur de la JCI Bouaflé investi Sénégal – Ziguinchor : Abdoulaye Baldé déplore le décès d’un militant dans des violences Sénégal : Des femmes investies pour les élections locales formées à la gouvernance territoriale Sénégal : Cérémonie de présentation du livre ‘’Mbass mi, Covid-19’’, mercredi à Blaise Senghor

Ituri : Le nombre des Okapis à la RFO passe de plus de 3.000 en 2015 à moins 1.000 en 2020


  22 Octobre      32        Environnement/Eaux/Forêts (3634),

   

Bunia, 21 Octobre 2020 (ACP).- Le nombre des Okapis dans la Réserve de faune à Okapis(RFO), dans le territoire de Mambasa, passe de 3.000 à moins de 1.000 en 2020, a révélé à la presse le ministre provincial de l’Ituri en charge de l’Environnement, Désiré Nesobange.

Dans ce tableau sombre dressé sur la situation de cette espèce rare, en marge de la journée mondiale de l’Okapi célébrée le 18 octobre de chaque année, il a signifié que la diminution du nombre des Okapis est la conséquence notamment du braconnage, des coupes de bois, de l’exploitation de l’or et de la prolifération des groupes armés dans le territoire de Mambasa. 

Pour Norbert Nesobange, la prolifération des groupes armés en territoire de Mambasa constitue une menace sérieuse au niveau de la RFO, avant de déclarer : « En tout cas, l’Okapi tend à la disparition si l’État congolais ne réagit pas dans l’urgence et si la population congolaise en général, et de l’Ituri en particulier, n’en prennent pas conscience, l’Okapi va disparaître. »

Il a déclaré que depuis le 30 juin 2012, date à laquelle les miliciens Maï Maï Simba ont massacré plus de dix(10) Okapis qui vivaient en état de captivité, et aujourd’hui aucun Okapi n’est dans l’enclos. D’où la nécessité pour le gouvernement provincial, a-t-il estimé, de regrouper les Okapis dans l’enclos à la RFO, conformément à la recommandation du gouverneur Jean Bamanisa Saïdi à l’issue d’un atelier organisé avec les gestionnaires de ce patrimoine mondial.

Selon lui, l’absence des Okapis dans l’enclos constitue un manque à gagner pour le trésor public parce que les Okapis en cage attirent les touristes, comme  pendant les années 1980, générant des devises pour le pays.

La réserve de la faune à Okapis est une réserve inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO dans la forêt de l’Ituri, aux frontières avec le Soudan et l’Ouganda, sur une superficie de 13 726 km2, rappelle-t-on.

Dans la même catégorie


Article

  23 Janvier     6

Article

  22 Janvier     16