ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra GNA Murdered Constable Emmanuel Osei laid to rest

ONCF organise le 7è cycle de formation au profit des réseaux africains sur la maintenance de la voie


  10 Novembre      34        Evénements (464),

   

Rabat, 10/11/2020 (MAP) – L’Office national des chemins de fer (ONCF) organise, du 09 au 20 novembre à distance, le septième cycle de formation sur la maintenance de la voie dispensée aux hauts responsables de plusieurs réseaux africains, indique mardi un communiqué de l’Office.

Inscrite dans le cadre du déploiement du plan d’action de l’Union internationale des chemins de fer (UIC) – Région Afrique – présidée par le Maroc depuis 2010, cette session réunit des responsables venant d’Algérie, du Burkina Faso, du Cameroun, du Congo Brazzaville, de la Côte d’Ivoire, du Djibouti, du Gabon, du Mali, de la Mauritanie, du Sénégal et de la Tunisie, précise le communiqué.

Faisant suite à six éditions organisées à Rabat de 2014 à 2019, ce 7e cycle a été mis en place eu égard aux besoins exprimés par les réseaux ferrés africains et aux recommandations de l’étude relative à la revitalisation du rail en Afrique, qui a été présentée et portée à l’unanimité par les ministres africains chargés de transport lors de la 3e conférence organisée en avril 2014 à Malabo en Guinée équatoriale comme feuille de route, à moyen et long termes, pour le développement de ce secteur.

La plupart des réseaux africains subsahariens accusent encore un retard considérable en matière de réhabilitation de l’appareil de production, relève l’ONCF, ajoutant que selon l’étude précitée, ces réseaux nécessitent la modernisation de 81.000 km et la construction de 13.200 km de nouvelles lignes conformément aux standards internationaux.

Pour rendre ce cycle de formation plus pertinent, plus attractif et atteindre les objectifs escomptés, indique le communiqué, un programme adapté a été arrêté et comprend des conférences quotidiennes autour de thématiques spécifiques co-animées par des experts UIC et ONCF.

Par ailleurs, l’ONCF multiplie ses initiatives pour partager son expérience et son savoir faire avec les réseaux africains, afin de donner une nouvelle impulsion et redynamiser davantage le partenariat Sud-Sud dans les différents domaines ferroviaires, a fait savoir le communiqué.

En l’espace de cinq ans, cette coopération a porté notamment sur l’organisation de 17 conférences/séminaires autour de sujets d’actualités et ciblés, ayant connu la mobilisation de 22000 experts et environ 2400 participants; la réalisation de 14 cycles de formation axés sur la sûreté et la sécurité ferroviaire ainsi que sur la maintenance de la voie au profit de près de 320 participants encadrés par 130 experts ONCF; l’organisation d’une vingtaine de visites d’information et de partage de bonnes pratiques au profit des différentes délégations africaines, ainsi que la réalisation de deux études prospectives.

L’objectif de ces efforts est de contribuer à asseoir le développement d’un système de transport ferroviaire africain fiable et viable, porteur de la mobilité durable et de l’inclusion économique du continent, s’inscrivant en droite ligne avec la politique tracée par SM le Roi Mohammed VI en matière de renforcement de la coopération Sud-Sud et d’amélioration du positionnement et de la compétitivité du continent africain dans la scène internationale, conclut le communiqué.

Dans la même catégorie