ACP La maternité de Mushaba à Kalemie réhabilitée par l’UNFPA ACP Dix-huit nouveaux cas confirmés d’Ebola notifiés samedi au Nord-Est de la RDC ACP Visite du ministre de la Santé au centre de transit de Beni GNA Kpone taxi drivers threaten demonstration over Michel camp Calypso road GNA Police trains church leaders in Cape Coast on security issues GNA Continue to do your best, Public Sector Workers urged ACP Appel à la mobilisation des églises en RDC pour l’éradication de la maladie à virus Ebola ACP La RDC appelée à se pencher sur la formation des ingénieurs pour son émergence ACP La présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, à sa descente d’avion à Mbandaka GNA Iduapriem employees donate chairs to FIASEC

Total Gabon défie la justice gabonaise et licencie 6 de ses employés


Libreville, 13 Août (AGP) – Malgré la décision du Tribunal de première instance de Port-Gentil l’interdisant de licencier ses six (6) employés, qui ont participé à la grève initiée par l’ONEP, le 9 Juin dernier, la Direction générale de Total Gabon les a finalement licenciés, défiant de facto la justice gabonaise.

«La Direction rappelle que le licenciement de 6 collaborateurs pour faute lourde, prononcé le 02 Août dernier, est irrévocable et que ces derniers ne font plus partie des effectifs de Total Gabon», déclare la Direction générale de Total Gabon dans un communiqué, daté du 10 Août 2018.

Pour l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), ce licenciement, prononcé par la Direction de Total Gabon, malgré la décision du Tribunal de première instance de Port-Gentil s’y opposant, est un affront envers la justice gabonaise.

«Cette communication de la Direction de Total Gabon signifie en quelques mots que la grève est interdite à Total Gabon, et qu’une décision de justice n’y changera rien, car le règlement intérieur de Total Gabon est au-dessus de tout», soutient Sylvain Mayabi Binet, secrétaire général de l’ONEP.

Aussi, pour protester contre le licenciement des 6 employés de Total, l’ONEP invite l’ensemble des employés de cette entreprise à se mobiliser pour une éventuelle grève.

«Cette seule affirmation devrait suffire pour faire comprendre aux travailleurs que s’ils se taisent, ils acceptent d’être des esclaves de l’employeur. Elle (affirmation) devrait suffire à elle seule pour lancer un mot d’ordre de grève au sein de Total Gabon. La mobilisation est en cours via des assemblées générales internes», déclare le secrétaire général de l’ONEP.
Craignant que l’attitude de Total Gabon fasse école dans d’autres entreprises pétrolières, l’ONEP invite tous les travailleurs du secteur pétrolier à la mobilisation «en vue de stopper ce projet machiavélique conduit par Total Gabon et visant à la fois la liquidation de l’ONEP et la fin de toute forme de revendications des travailleurs de notre secteur (…) car c’est de l’avenir des travailleurs du secteur pétrolier et activités connexes dont il s’agit».

Au regard de l’attitude de Total Gabon face à la décision du Tribunal l’interdisant de licencier ses 6 employés, plusieurs s’interrogent sur le caractère coercitif des décisions de justice au Gabon.

En effet, si une entreprise refuse de se soumettre à la législation d’un pays, et particulièrement au droit du travail, cela reviendrait à dire qu’elle est au-dessus des lois nationales. Ce qui constitue non seulement une opposition à la Constitution gabonaise qui est la mère et la garante des lois, mais surtout une grave violation des droits des travailleurs.

Dans la même catégorie