APS SENEGAL-POLITIQUE-ELECTION / Macky Sall invité à organiser la présidentielle en tenant compte des limites fixées par le Conseil constitutionnel APS SENEGAL-ENVIRONNEMENT-COLLECTIVITES / Nettoiement : les concessionnaires mettent fin à leur mouvement de grève (communiqué) APS SENEGAL-JUSTICE / A Dakar, 344 détenus ont bénéficié d’une liberté provisoire (officiel) ANG Educação/Ministro Mané diz que o foco do Executivo continua a ser cumprimento dos Objectivos do Desenvolvimento Sustentável(ODS) ANG Educação/DRH do ministério reconhce necessidade de capacitação contínua de profesores AIP REVUE DE PRESSE : les obsèques de Konan Bédié et la visite d’Adama Bictogo en Egypte dominent les Unes des journaux de ce mercredi MAP Burkina Faso : ouverture du Salon international de l’agriculture, de l’environnement et de l’élevage MAP Sénégal: la candidature à la présidentielle n’est pas une condition pour obtenir la liberté provisoire (ministre de la justice) MAP Conférence sur le rôle de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains dans la préservation de la sécurité spirituelle en Afrique les 24 et 25 février à Kampala MAP Gabon: Huit morts et plusieurs blessés dans un accident de la circulation

Formation des défenseurs et commis d’office sur les mécanismes de plainte, des droits de l’homme susceptibles d’être violés et les voies de recours.


  8 Février      7        formation (425),

 

Dosso, 28 Sep. (ANP) – Organisé par l’Agence Nationale de l’Assistance Juridique et Judiciaire (ANAJJ) en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH), Dosso abrite depuis ce mercredi 8 février et ce pendant deux jours, un atelier de formation des défenseurs, commis d’office (DCO) sur le mécanisme de plainte, les droits de l’homme susceptibles d’être violés et les voies de recours.

L’objectif de cet atelier est de renforcer la capacité opérationnelle des défenseurs commis d’office pour l’assistance et la défense des bénéficiaires d’assistance judiciaire devant les juridictions pénales en lien avec le respect des droits humains des bénéficiaires et l’exercice des voies de recours.

Au cours de ces deux jours de travaux, les formateurs auront à entretenir les participants sur des thématiques se rapportant aux procédures de plainte en matière pénale, le dispositif juridique et institutionnel de l’Agence Nationale d’Assistance Juridique et Judiciaire (ANAJJ), les droits de l’homme susceptibles d’être volés en cas de poursuite en matière pénale, les modes de poursuites en matière pénale ainsi que les voies de recours.

Dans le discours qu’elle a prononcé à l’ouverture des travaux, la Directrice générale de l’ANAJJ Mme Rabiou Assétou Traoré a fait un rappel des différents textes ratifiés par le Niger en matière des droits de l’homme. Cependant, a-t-elle précisé, malgré l’existence de ce dispositif juridique et institutionnel, force est de reconnaître que les droits de l’homme ne sont pas toujours respectés dans la pratique. Parmi les causes l’on notera l’ignorance des textes et surtout des procédures par les citoyens qui ne connaissent pas les voies et moyens à suivre en vue de se voir rendre justice.

La formation des DCO sur le mécanisme de plainte a souligné la directrice générale de l’ANAJJ trouve son intérêt dans le fait que ces derniers interviennent dans les procédures lorsqu’ils sont commis au profit des bénéficiaires d’assistance judiciaire qu’ils soient d’office ou sous condition d’indigence. Les DCO a-t-elle notifié doivent comprendre les voies de recours pour jouer pleinement leur rôle dans toutes les étapes de la procédure d’où l’impérieuse nécessité de connaître le moyen juridictionnel tendant à la réformation, la rétractation ou la cassation d’une décision de justice dans l’intérêt des bénéficiaires.

La directrice générale de l’ANAJJ a invité les participants à suivre attentivement les différentes présentations qui seront animées afin d’en tirer le maximum de profit possible. Aucune violation des droits de l’homme, a-t-elle souligné, ne doit rester impunie quel que soit l’auteur. Notre pays s’est doté à ce titre d’un cadre juridique approprié mais aussi des institutions à même d’apporter une réponse à ces violations. Les populations doivent être davantage informées sur ces mécanismes et doivent être encouragées à y faire recours.

Mme Rabiou Assétou Traoré a rendu un hommage mérité à tous les acteurs qui concourent à cette mission notamment les organisations de la société civile et la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) à travers l’orientation et la prise en charge des victimes mais aussi à travers les dénonciations des violations constatées

Dans la même catégorie