ANP Niger : La route Hamdara- wacha-Dungass (Région de Zinder)- frontière Nigéria sera bientôt réalisée APS  La filialisation des activités de SENELEC effective en décembre 2023 (expert) APS CHAN 2023 : Pape Thiaw convoque 26 joueurs pour un stage à Toubab Dialaw APS Autoroute à péage Mbour-Kaolack : les travaux exécutés à 20% (gouverneure) APS La parenté à plaisanterie, thème de la deuxième édition du « Festi-Sérère » AIP Côte d’Ivoire – AIP / Ouverture du premier sommet pour la promotion de l’élevage et la garantie de la sécurité alimentaire MAP Burkina: au moins douze personnes tuées dans une attaque terroriste dans le nord MAP Fès: Focus sur les réglementations pour promouvoir l’approche genre dans les médias africains ANP ‘’Nous sommes heureux de constater que le Président est attaché aux valeurs démocratiques, sans lesquelles il n’y aura pas d’Etat de droit’’ (Bâtonnier du Niger) APS L’État veut mettre en place une stratégie de lutte contre le vol de bétail

Massacre du 28 septembre 2009: L’ancien président Dadis Camara est rentré à Conakry pour affronter la justice (avocat)


  25 Septembre      7        Monde (625),

   

Conakry, 25/09/2022 (MAP) – L’ancien président guinéen, Moussa Dadis Camara, est rentré au pays pour répondre mercredi prochain devant un tribunal, avec dix autres accusés, de sa responsabilité présumée dans le massacre du 28 septembre 2009 dans un stade de Conakry, a indiqué dimanche un de ses avocats.

« Mon client Dadis Camara est arrivé dans la nuit de samedi à dimanche à Conakry pour répondre à sa convocation liée au procès du 28 septembre », a déclaré Me Pépé Antoine Lamah, cité par des médias. Camara vit depuis 2010 à Ouagadougou au Burkina Faso.

Des proches de Camara ont indiqué à des médias qu’il était rentré pour « laver son honneur » devant les juges.

Le capitaine Camara, arrivé au pouvoir en 2008 à la faveur d’un coup d’Etat militaire, fait partie des 11 anciens responsables appelés à comparaître mercredi pour les exactions commises le 28 septembre 2009 à l’intérieur et aux abords du stade du 28-Septembre à Conakry.

Des soldats, des policiers et des miliciens avaient fait couler un bain de sang lors du rassemblement de sympathisants de l’opposition réunis pour démontrer pacifiquement leur force et dissuader M. Camara de se présenter à la présidentielle de janvier 2010.

156 personnes ont été tuées, des milliers blessées et au moins 109 femmes ont été violées lors de ce massacre, selon le rapport d’une commission d’enquête internationale mandatée par l’ONU, un document rendu public trois mois après les faits.

Dans la même catégorie